Article sponsorisé par Honor

Longtemps réservé à des appareils et objectifs très onéreux, le mode bokeh se démocratise et investit maintenant le monde de la “photophonie”. Pour bien comprendre de quoi on parle, voici un petit guide explicatif et quelques clichés capturés à l’aide du Honor 8 et de son mode de prise de vue dédié.

Bokeh ou flou ?

La question fait débat depuis de nombreuses années chez les puristes. Doit-on dire “effet bokeh” ou flou suivant les situations et le matériel utilisé ? En réalité, il s’agit grosso modo de la même chose. Le terme vient du japonais “boke” dont la signification n’est rien de moins que “flou”. Contrairement à une idée répandue il n’est donc pas incorrect d’écrire bokeh pour parler d’un effet de flou ! Et cet effet, c’est celui que l’on retrouve sur de jolies photographies avec un sujet bien net au premier plan d’une image et particulièrement mis en valeur par un arrière plan flouté avec douceur. C’est aussi simple que cela.

Un avant plan très net et un arrière-plan au flou harmonieux mettant bien en valeur l’endroit où l’on fait la mise au point, voilà exactement ce que l’on recherche.

 

De dos

Pour obtenir un tel effet, il est impératif de prendre le cliché avec une faible profondeur de champ. En photo, cela s’obtient à l’aide de l’ouverture du diaphragme. Plus cette ouverture est importante, plus la lumière entre dans l’appareil tout en réduisant la profondeur de champ. Ainsi, “ouvrir” le diaphragme à f/2,2 (grande ouverture) donnera une photo plus lumineuse qu’à f/11 (petite ouverture) tout en créant du flou à l’arrière plan du sujet sur lequel on fait la mise au point. On utilise ce type de réglage pour des portraits ou par exemple des photos de fleurs en gros plan. En revanche, pour une photo de paysage on préférera opter pour une petite ouverture afin de maximiser la profondeur de champ, de manière à voir plus loin.

Dans le premier cas on opte pour une petite ouverture de manière à préserver certains détails de l’arrière-plan. Dans le second, on cherche à obtenir un beau bokeh grâce à une très grande ouverture.

 

Pavé

Problème : dans l’objectif d’un appareil photo le diaphragme est un élément mécanique. Avec un smartphone, il faut donc simuler l’ouverture du diaphragme par la magie des algorithmes. Et c’est là qu’un modèle tel que le Honor 8 fait assez fort puisqu’il est possible de passer de f/16 à f/0,95  par un simple réglage sur l’écran tactile. Il est encore plus intéressant de constater que l’on peut modifier les réglages ainsi que la zone impactée a posteriori, c’est-à-dire après avoir pris la photo. De quoi laisser libre court à sa créativité et capturer de magnifiques clichés sans avoir besoin d’être un expert en photographie.

Avec un smartphone tel que le Honor 8, il est tout à fait possible d’effectuer la mise au point sur les pavés tout en floutant le reste de la photo pour obtenir un effet assez artistique. Mais on peut très bien garder l’intégralité de l’image bien nette si l’on préfère opter pour un joli rendu d’ambiance. Il n’est pas nécessaire de choisir au moment où l’on prend le cliché, la mise au point pouvant être modifiée une fois la photo enregistrée dans la galerie.

 

Tic Tac

Pour commencer, il faut bien sûr choisir le sujet et effectuer la mise au point sur ce dernier. Avec le Honor 8, nous commençons par opter pour le mode “ouverture large” que l’on trouve sur la partie supérieure du mode photo (ou à gauche si l’on tient l’appareil en mode paysage). Ensuite, on effectue la mise au point sur le sujet voulu et l’on peut ensuite régler l’ouverture du diaphragme grâce à la barre de réglage qui apparaît juste à côté du cercle de mise au point. Glisser vers le haut augmente l’intensité du flou alors que la glisser vers le bas donne un bokeh moins prononcé. Simple, non ?

Sur le Honor 8, on tapote sur l’écran pour effectuer la mise au point et il ne reste plus qu’à régler l’ouverture à l’aide de la petite réglette verticale.

 

Street Art

Pour modifier la zone de mise au point après coup, il suffit d’ouvrir la galerie et d’aller sur la photo désirée. Là encore, une icône diaphragme apparaît et c’est en ouvrant celle-ci que l’on peut ensuite changer le focus en choisissant la zone que l’on veut nette sur la photo. Ici, il suffit d’utiliser la barre de réglage d’ouverture pour augmenter ou diminuer l’ouverture. De cette manière, on peut ainsi opter pour une plus grande ou plus petite profondeur de champ.

Bien sûr, on peut tout à fait choisir de faire la mise au point sur l’avant ou l’arrière plan pour obtenir des photos très créatives. Ainsi le flou va bien là où on le souhaite !

Une fois le concept (si simple !) assimilé, il ne reste plus qu’à faire travailler ses méninges pour trouver des situations intéressantes. À partir du moment où l’on a goûté au procédé, il devient particulièrement difficile de s’en passer tant les résultats sont intéressants et souvent proches de photos prises par des capteurs autrement plus coûteux ! Une fonction devenue possible grâce au double capteur photo du Honor 8 (et le Honor 6+ avant lui) qui visualise les différents plans de scènes, et que l’on retrouvera sur l’iPhone 7 Plus dans une prochaine mise à jour.

Revenir en arrière n’est plus envisageable et grâce à cette précieuse option, la photo sur smartphone prend une toute autre dimension.

Cet article a été réalisé en collaboration avec Honor. Il s'agit d'un contenu crée par des rédacteurs indépendants au sein de l'entité Humanoid Content, l'équipe éditoriale de FrAndroid n'a pas participé à sa création. Nous nous imposons les mêmes critères pour vous proposer un contenu unique et de qualité.