Nike a décidé brutalement de mettre un terme à son bracelet connecté FuelBand. L’équipementier sportif a en effet licencié 70 personnes qui s’occupaient du bracelet et décide de se concentrer sur la partie logicielle.

nike_fuelband

Nos confrères américains de Cnet ont appris que Nika avait licencié 70 personnes qui s’occupaient de la partie matérielle du bracelet FuelBand, soit 80 % de l’équipe. En d’autres termes, Nike a décidé de stopper toutes ses activités concernant son bracelet.  Pour rappel, FuelBand est un bracelet connecté permettant de tracer ses activités sportives et de les partager avec ses amis via une application dédiée disponible uniquement sous iOS. Sorti en fin d’année dernière en France dans sa version SE et vendu 139 euros, FuelBand n’était pas un mauvais bracelet si l’on en croit les diverses critiques de la presse. Il semble que cet accessoire connecté ait souffert de la concurrence récente des nouveaux bracelets connectés sortis par les constructeurs électronique (Sony et son Smartband, JawBone Up, FitBit, etc.) ainsi que des applications embarquées des nouveaux smartphones (comme sur le HTC One (M8) ou le Galaxy S5). Le nombre d’appareils vendus n’a jamais été communiqué, et il faut se contenter du nombre de téléchargements de l’application Nike FuelBand+ sur iOS (18 millions tout de même) pour s’en faire une idée, probablement loin du nombre de bracelets réellement vendus.

Nike précise toutefois qu’il n’arrêtera pas le support logiciel de FuelBand ni le développement d’applications sportives. L’équipementier sportif assure que 150 personnes travaillent encore sur les applications logicielles sportives au sein de la société et qu’elles sont amenées à se développer dans les mois à venir. Le site américain Cnet va un peu plus loin et pense que cet arrêt soudain de FuelBand et du renforcement de son activité logicielle annonce un partenariat plus poussé avec Apple. Nike avait en effet annoncé l’année dernière qu’il travaillait sur une nouvelle version du FuelBand, plus fine, et l’a annulée au dernier moment. Cnet pense que cette partie logicielle renforcée permettrait à une future (et encore non annoncée) iWatch de posséder une application sportive digne de ce nom lors de son lancement. La montre en question serait à la fois un appareil orienté sport et santé, comme le suggère des rumeurs entourant l’intégration de divers capteurs à cet appareil.