Netflix, le site de vidéo à la demande par abonnement (SVoD) fera son arrivée en France en septembre prochain. Pour permettre aux utilisateurs français du service d’avoir une qualité de service optimale, l’entreprise américaine n’a pas lésiné sur les moyens. La bande passante totale disponible sera de 1 térabit par seconde, un chiffre démentiel qui traduit une volonté de s’implanter durablement et de venir faire bouger les choses au niveau commercial dans l’hexagone.

netflix1

Le journal Les Echos vient de recevoir quelques informations techniques sur l’installation de Netflix en France. On savait déjà que l’entreprise américaine comptait lancer commercialement son offre de vidéo à la demande par abonnement (SVoD) en septembre prochain. En revanche, on ne connaissait pas encore la manière dont Netflix allait s’y prendre pour proposer aux Français une qualité vidéo et un temps de chargement de qualité. La réponse est toute simple puisque les serveurs de l’entreprise seront reliés au réseau des fournisseurs d’accès français avec une bande passante totale de 1 térabit par seconde. Pour illustrer, la bande passante est la taille du « tuyau » utilisé pour transmettre les informations entre un site web et l’utilisateur.

5 millions d’abonnés potentiels

Ce chiffre est énorme puisqu’il correspondrait à la bande passante utilisée par un fournisseur d’accès qui aurait environ 5 millions d’abonnés. A titre de comparaison, Numericable possède une bande passante de 200 à 300 Gbps, 700 Gbps pour SFR et 50 Gbps pour M6. Netflix est venu s’installer dans un datacenter parisien situé dans le 11ème arrondissement et qui abrite les serveurs des autres fournisseurs d’accès à Internet français. Si on va dans le détail, on se rend compte que les FAI français devront se partager une porte d’accès gratuite à Netflix de 100 gbps, ce qui est déjà très élevé. Mais ce « tuyau » pourrait ne pas suffire, notamment lors des pics d’affluence (le soir en particulier) et si le service possède de nombreux abonnés.

Une partie payante de la bande passante

Pour les FAI qui possèdent de nombreux abonnés (donc des besoins élevés en bande passante) et qui veulent passer par un tuyau plus gros, il restera 900 gbps mais il faudra alors sortir le chéquier pour rémunérer Netflix. Une situation qui n’est pas sans rappeler celle de Free et de YouTube. Le FAI français possède un réseau sous-dimensionné pour permettre à ses abonnés de regarder des vidéos de manière fluide sur YouTube en haute qualité lors des pics d’affluence. Mais le trublion du net refuse de payer pour faire évoluer le réseau. Une situation également à prévoir pour le lien Free – Netflix ? Dans le cas où un « tuyau » n’est pas assez large entre un FAI et un site web, le traffic est fortement ralenti puisque partagé entre tous les abonnés du FAI.

Une concurrence qui se prépare

Cette énorme bande passante devrait permettre à Netflix de proposer un service de qualité à des millions d’utilisateurs. Lorsque l’on connaît les détails des offres d’abonnement aux Etats-Unis (8,99 dollars) pour un accès illimité au catalogue de films et série, Netflix pourrait bien faire un tabac en France comparé à l’offre de SVoD existante, actuellement bien trop pauvre. Orange devrait proposer lui aussi une offre de SVoD pour la rentrée 2014 afin de concurrencer Netflix. Parallèlement à ces lancements, Aurélie Filipetti a indiqué au Figaro qu’elle allait proposer « pour la vidéo à la demande par abonnement, de ramener le délai après la sortie en salle à vingt-quatre mois, contre trente-six actuellement ». Un délai encore très long quand on sait qu’un DVD peut s’acheter 4 mois après la sortie en salle du film.