Twitter vient de publier ses résultats financiers pour le troisième trimestre de l’année. Et ils ressemblent beaucoup à ceux du second trimestre, à savoir un chiffre d’affaires et un nombre d’utilisateurs en hausse, mais accuse toujours des pertes pharaoniques.

16125_1378908122_1352492371-photo-twitter

Les trimestres se suivent et se ressemblent beaucoup pour Twitter. Après un second trimestre jugé favorable par les actionnaires, Twitter confirme son dynamisme avec la publication de ses résultats financiers pour le troisième trimestre. Le réseau social de micro blogging a ainsi réalisé un chiffre d’affaires de 361,26 millions de dollars sur la période, soit une augmentation de 114 % par rapport à l’année dernière. Et comme au trimestre précédent, ce sont toujours les revenus publicitaires qui assurent cette excellente croissance, puisqu’ils représentent 88,5 % du CA, soit 320 millions de dollars, en augmentation de 109 % par rapport à l’année passée. Ce qui n’a pas empêché Twitter de réaliser encore des pertes très importantes de l’ordre de 175,46 millions de dollars, soit pratiquement trois fois plus que l’année dernière. La sanction en bourse a été immédiate, l’action de Twitter a perdu 10 % lors de la publication des résultats.

Du point de vue du nombre d’utilisateurs, Twitter se porte pourtant bien avec des indicateurs au beau fixe. Twitter comptabilisait ainsi 271 millions d’utilisateurs au 30 juin 2014 et il en comptait 284 millions à la fin du mois de septembre, ce qui représente une moyenne de 637 Timelines vues par utilisateur. Twitter estime également que chaque 1000 vues de timeline permettent de réaliser un revenu de 1,77 dollar. Autant dire que Twitter est encore très loin de savoir parfaitement monétiser son audience. Un constat que les actionnaires et investisseurs supportent de moins en moins. Twitter prévoit toutefois pour le dernier trimestre un chiffre d’affaires record compris entre 440 et 450 millions de dollars, mais n’aborde pas les prochaines pertes à venir. Le modèle économique inquiète donc les actionnaires, qui se demandent si Twitter se transformera un jour en une société aussi rentable que Facebook.