Après avoir élevé la voix contre Google Actualités, les éditeurs de presse en Espagne emploient aujourd’hui un ton beaucoup plus diplomate, après que le service a menacé de se retirer du pays. L’heure est donc aux négociations.

google-logo-874x288

Entre Google News et les éditeurs de presse espagnols, c’est l’amour vache. Il y a quelques jours, ces éditeurs avaient élevé la voix contre Google, réclamant des indemnisations pour la réutilisation des contenus produits. La réponse de Google a été pour le moins radicale puisque le service était bien décidé à fermer ses portes. Elles devraient d’ailleurs être closes demain, en date du 16 décembre, puisqu’à partir du 1er janvier 2015, les agrégateurs de contenu comme Google Actualités devront verser une compensation financière au titre du droit à la propriété intellectuelle pour la réutilisation de photographies, de vidéos ou d’extraits d’articles.

Aujourd’hui, les éditeurs de presse emploient un ton un peu plus nuancé, et se disent prêts à négocier avec le service qui leur répertorie des liens, et apporte une part non négligeable de trafic, ainsi qu’avec l’État espagnol. Effectivement, la fermeture de Google Actualités en Espagne n’arrangerait en rien la presse ibérique, et l »histoire récente de Google tend à prouver que la firme ne cède pas facilement aux exigences financières des États.

Il existe des équivalences à cette affaire. En effet, un long bras de fer de six ans avait opposé la presse francophone de Belgique à Google, avant qu’un accord ne soit trouvé en 2013. En Allemagne, le torchon brûle régulièrement entre la presse et Google, et un éditeur de presse avait même accusé des pertes de trafic importantes après son éviction de Google Actualités.