Magic porte bien son nom. Ce service de conciergerie est en passe de connaître un succès énorme aux États-Unis, où il a été lancé il y a un peu plus de deux jours.

magic

En fait, le succès de Magic est si rapide qu’il y aurait déjà plus de 10 000 demandes en attente, et que Mike Chen, le créateur du service, ne peut satisfaire toutes les personnes qui lui ont demandé un service malgré l’aide de ses proches.

Magic fonctionne par SMS et propose aux utilisateurs de demander ce qu’ils souhaitent – à condition que ce soit légal – au 408-596-5017. Une conversation s’engage alors avec Magic, et le service promet de livrer en temps et en heure le produit demandé. Interrogé par nos confrères américains, l’homme explique qu’il ne « s’attendait pas à un tel succès » et qu’il voulait épargner aux utilisateurs d’avoir à faire plusieurs étapes via une application. Il a donc choisi d’opérer via messages, mais a dû clore les enregistrements à cause de la demande puisque le nombre d’opérateurs n’est pas assez important. C’est d’ailleurs à cause – ou grâce à – de premiers relais dans des médias high-tech comme Product Hunt et Hacker News que Magic s’est fait connaitre. Une véritable success-story à l’américaine.

Comment cela fonctionne ? D’abord, l’utilisation de Magic nécessite la communication de coordonnées bancaires (via un lien HTTPS chiffré 128-bit) avec vérification de l’identité. Ensuite, il suffit de demander ce que vous voulez, et à l’heure que vous le désirez, n’importe où aux Etats-Unis selon la FAQ de Magic. Vous obtenez une confirmation via un SMS, envoyé par un humain jusqu’à présent, avec le montant de la course. Avant livraison, Magic attend de savoir si le prix convient à l’utilisateur, mais on ne sait pas quelle marge le service prend sur chaque opération. Il n’est en effet qu’un intermédiaire puisqu’il se charge de passer commande auprès des prestataires ou commerçants compétents en fonction de chaque demande.

Il faut s’attendre désormais à ce que les investisseurs se ruent sur le service et qu’il évolue. Comme quoi une idée toute simple peut rapidement se propager. Mais pourra-t-elle évoluer sans passer par une application ou une interface web de commande ? Rien n’est moins sûr, d’autant que le système de règlement devra se rendre plus transparent pour attirer les utilisateurs, et pour un jour s’exporter.