D’après certains chercheurs, les applications payantes sont bien moins gourmandes en autonomie, en utilisation de mémoire et en data que ne le sont leurs versions gratuites.

Indispensables Google

Qu’économise-t-on en choisissant une application gratuite ? De l’argent. Mais au détriment peut-être d’une pollution visuelle entrainée par la publicité, et de quelques désagréments d’un autre ordre. Des chercheurs de l’Université de Californie du Sud (USC), de l’Institut Technologique de Rochester (RIT) et de la Queen’s University au Canada ont publié les résultats d’une étude menée sur les usages (batterie, data, cpu) des applications gratuites avec publicité en les opposant à ceux obtenus sur leurs versions payantes.

Et ces résultats font plutôt « peur ». En effet, ils ont découvert que les applications mobiles gratuites utilisent en moyenne 16 % de capacité de batterie (33 % au maximum), abaissant visiblement la durée de charge de la batterie d’un smartphone de 2,5 à 2,1 heures en moyenne. Elles consommeraient aussi environ 22 % de mémoire en plus que les applications payantes dépourvues de publicité, et augmenteraient le temps d’utilisation CPU de 48 %, demande évidemment plus d’efforts aux smartphones. Et enfin, elles utiliseraient aussi 79 % de données mobiles en plus que les autres.

En attendant la prochaine étude contradictoire, comme bien souvent.