Le GPS est américain. Ce n’est pas une grande nouvelle, j’imagine. C’est aujourd’hui, le système de géolocalisation le plus utilisé avec plus de 24 satellites en fonctionnement. D’ailleurs, pour le moment, un seul système de géolocalisation « globale » alternatif existe, le GLONASS – le système russe couvrirait l’ensemble du territoire terrestre. Néanmoins, il est loin d’être le système utilisé par défaut dans le monde, et il souffre des problèmes intervenus après la chute de l’URSS et la fin de la Guerre Froide. De plus, les trois derniers satellites se sont écrasés en mer, suite à l’échec de mise en orbite de la fusée Proton-M en juillet 2013. Bref, la Chine et la Russie vont travailler ensemble pour mettre en place une vraie alternative au GPS.

Glonass K-2

Glonass K-2

 

Glonass manque de précision

Le système GLONASS fournit une précision de géolocalisation entre 5 à 8 mètres avec sept à huit satellites en vue. Il est moins efficace que le GPS, qui offre 2 à 9 mètres de précision avec six à onze satellites en vue. De plus, malgré les affirmations de la Russie, le système de couvrirait pas l’ensemble du territoire terrestre.

Carte représentant les valeurs du GDOP à la surface de la terre (angle de masquage : 5°) le 30 mars 2010

GLONASS : Carte représentant les valeurs du GDOP à la surface de la terre (angle de masquage : 5°) le 30 mars 2010

 

Beidou ne sera prêt qu’en 2020

De son côté, la Chine met en place Beidou – également appelé Compass. Aujourd’hui, il s’agit d’un système en cours de déploiement, avec une quinzaine de satellites en orbite début 2015. Vers 2020, le système Beidou 2 (Compass), constitué d’un ensemble de cinq satellites géostationnaires (GEO) et de trente satellites en orbite moyenne (MEO), couvrira l’ensemble du territoire et sera compatible avec les systèmes GPS, Glonass et Galileo. Pour le moment, le système Beidou ne couvre qu’une partie de l’Asie.

Capture d’écran-2015-06-10-09.03.52

 

La compatibilité et l’interopérabilité de Beidou et Glonass

Devant les coûts importants de mise en place, sans oublier le remplacement des satelittes obsolètes, la Russie et la Chine ont donc décidé de coopérer et les deux pays viennent d’annoncer la compatibilité et l’interopérabilité de Beidou et Glonass. Les deux pays veulent rapidement éliminer toute dépendance vis-à-vis des technologies et des entreprises américaines. L’installation du système Beidou est d’ailleurs désormais obligatoire dans les voitures vendues en Chine. La plupart des nouveaux smartphones sont compatibles avec l’ensemble des système de géolocalisation, ce qui améliore bien évidemment la précision des données de géolocalisation.

En Europe, le système de positionnement Galileo est toujours en cours de déploiement. Malgré des retards, le déploiement complet est encore prévu pour 2020.

La constellation des satellites de Galileo

La constellation des satellites de Galileo