Le gouvernement a publié un décret rendant officielle l’interdiction des kits mains libres, que ce soit au volant d’une voiture, ou au guidon d’une moto ou d’un vélo. Désormais, les usagers devront s’équiper de systèmes audio embarqués, et les cyclistes devront faire sans.

Place_de_la_République_(Paris),_réaménagement,_2013-06-14_34

Ce n’était qu’une question de temps, et c’est désormais officiel : les kits mains libres sont dès à présent interdits au volant d’une voiture, ou à moto et à vélo. Cette nouvelle règle est parue dans le Décret n° 2015-743 en date du 24 juin 2015, et publiée le 27 juin au Journal Officiel.

A l’article R. 412-6-1, après le premier alinéa, sont insérés deux nouveaux alinéas. Le premier explique que « le port à l’oreille, par le conducteur d’un véhicule en circulation, de tout dispositif susceptible d’émettre du son, à l’exception des appareils électroniques correcteurs de surdité » est désormais interdit. Quant au second, il liste les exceptions à cette règle : « les dispositions du deuxième alinéa ne sont pas applicables aux conducteurs des véhicules d’intérêt général prioritaire prévus à l’article R. 311-1, ni dans le cadre de l’enseignement de la conduite des cyclomoteurs, motocyclettes, tricycles et quadricycles à moteur ou de l’examen du permis de conduire ces véhicules ». 

Et cela concerne à la fois les kits mains libres filaires et Bluetooth puisqu’il interdit d’avoir un dispositif directement porté à l’oreille. Pour les automobilistes, il sera (relativement) aisé de remplacer ces oreillettes par un système audio embarqué et diffusant sur les haut-parleurs du véhicule, ou d’un casque avec dispositif intégré pour les motards. Mais c’est une autre histoire pour les cyclistes, qui devront vraisemblablement trouver une parade pour n’avoir pas à utiliser d’oreillettes au guidon, et ce même pour suivre des indications GPS. Pour les contrevenants, la sanction pourra s’élever à 135 euros d’amende et à un retrait de 3 points du permis de conduire.