Opera, le célèbre navigateur web pour ordinateurs et smartphones, ou plutôt son éditeur, est à vendre. Son conseil d’administration indique avoir reçu les preuves de l’intérêt qui lui est porté, sans mentionner de nom, et compte étudier les propositions qui lui seront faites d’ici la fin de l’année.

Opera Software

Un peu plus présent sur les plateformes mobiles que sur les ordinateurs de bureau, Opera n’en est pas moins très minoritaire parmi les navigateurs. Quand StatCounter Global indique que Chrome est présent sur 33,9 % des mobiles, suivi par Safari, le navigateur Android par défaut et UC Browser, Opera est 5e avec 11,63 % des usages au mois de juillet 2015. NetMarketShare est nettement moins optimiste puisque d’après lui, Chrome détient toujours un tiers du marché, mais Opera, lui, n’en occupe que 5,48 %, toujours pour juillet dernier. Et les statistiques sont pires encore du côté des navigateurs pour ordinateurs, la faute à Chrome, Firefox, Safari ou encore Internet Explorer, et désormais Edge, navigateur par défaut sur Windows 10.

« Opera a annoncé aujourd’hui que son conseil d’administration, en réponse à l’intérêt stratégique que suscite l’entreprise auprès d’un certain nombre de parties, a mis en place un processus d’évaluation et de réflexion autour d’alternatives stratégiques pour l’entreprise, avec pour objectif d’augmenter encore sa valeur après des actionnaires », indique Opera dans un communiqué. Il faut dire que malgré des résultats positifs, les derniers résultats financiers d’Opera sont un peu moins brillants que ne l’espéraient les analystes ; une baisse de la croissance semble donc crainte pas les investisseurs.

Cet examen des possibilités qui s’offrent à Opera sera, espère-t-on chez le créateur du navigateur, terminé d’ici la fin de l’année. On ignore encore le destin prévu pour les différentes branches qui composent Opera Software, lui qui comporte notamment un navigateur web, mais aussi une plateforme de publicité et des services de cloud. Opera annonçait d’ailleurs avoir acquis il y a quelques jours Bemobi, un service de curation de contenus spécialisé dans la recommandation d’applications, preuve s’il en est qu’il n’est pas question d’abandonner l’ensemble de ses activités. Pour le cas de son navigateur éponyme qui revendique 350 millions d’utilisateurs dans le monde, rien n’a toutefois encore été annoncé. On ignore d’ailleurs si Opera compte céder l’intégralité de ses parts à un tiers, ou s’il s’agit là de trouver un nouveau partenaire propre à donner un coup de fouet à l’entreprise.