Rebondissement dans le domaine de la vente de matériel informatique en France. LDLC annonce aujourd’hui être entré en négociations exclusives avec Materiel.net en vue de son rachat.

LDLC

Le mercato d’hiver continue dans le secteur des (e-)commerçants français spécialisés dans les objets technologiques. Entre le rachat de Darty par la Fnac, validé il y a peu, celui de RueduCommerce, qui pourrait passer entre les mains de Carrefour, voici qu’une troisième cession d’envergure se profile à l’horizon. Elle concerne cette fois Materiel.net et LDLC, deux entreprises majeures du paysage hexagonal, connues pour leur spécialité dans le domaine de l’informatique. Les deux se sont diversifiés dans le domaine de la téléphonie et des objets connectés à l’avènement du smartphone.

LDLC, que l’on trouve en ligne comme dans des enseignes physiques, annonce aujourd’hui « être entré en négociations exclusives avec la société Domisys en vue d’acquérir 100 % du capital de la société Materiel.net ». Le groupe prévoit une acquisition par « échange de titres et en cache avec une augmentation de capital qui ne dépasserait pas 10 % ».

Réaliser les objectifs de LDLC avec deux ans d’avance

À la publication de ses derniers résultats semestriels en novembre dernier, lesquels portaient sur la période du 1er avril au 30 septembre 2015, LDLC affichait une progression de son résultat opérationnel de l’ordre de +33 %, pour un chiffre d’affaires de 143,8 millions d’euros, face à 129 millions d’euros sur la même période un an plus tôt. De son côté, Materiel.net assurait en 2014 un chiffre d’affaires de 150,5 millions d’euros. Autant dire qu’il s’agit là de doubler les performances de LDLC, qui ne cachait pas, il y a quelques semaines encore, ses ambitions : « À l’horizon 2018, le Groupe LDLC réaffirme son ambition de franchir le cap des 500 M€ avec une rentabilité opérationnelle de l’ordre de 5 %. À cette date, il devrait compter une quarantaine de magasins », pouvait-on lire dans ses résultats financiers de novembre dernier.

Des objectifs qui paraissent désormais de plus en plus accessibles, puisque LDLC compte atteindre son objectif initial « avec deux ans d’avance », soit dans le courant de l’année prochaine, le temps que l’acquisition de Materiel.net soit entérinée. Un rachat que le président de Materiel.net, semble plébisciter : « Nos deux sociétés ont des valeurs et des cultures communes et présentent de fortes complémentarités. Rejoindre LDLC s’inscrit comme une opportunité stratégique unique afin de continuer notre expansion au service de nos clients », commente-t-il ainsi.