L’Anses le confirme : les compteurs connectés et communicants comme le Linky ne semblent pas dangereux pour la santé. En tout cas, c’est ce qui ressort des différentes étudies réalisées sur le sujet jusqu’à présent.

compteur linky ondes

On entend beaucoup parler du Linky, ce nouveau compteur électrique communiquant qui devrait équiper l’intégralité des foyers français d’ici quelques années. Ce compteur, qui utilise notamment le CPL pour communiquer avec l’extérieur, est décrié sur de nombreux sujets : coût au contribuable, espionnage des données de consommation et risque pour la santé. Justement, sur ce sujet, l’Anses vient de rendre son avis.

 

Une faible probabilité

L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail « conclut à une faible probabilité que l’exposition aux champs électromagnétiques émis par les compteurs communicants, dans la configuration de déploiement actuelle, engendre des effets sanitaires à court ou long terme ». En d’autres termes : le compteur Linky ne serait pas dangereux pour la santé même s’il existe une faible probabilité. S’agit-il ici du principe de précaution ?

Une information que l’on a déjà vu passer à plusieurs reprises dans nos colonnes puisque l’ANFR a réalisé deux campagnes de mesures différentes : une dans un laboratoire, et une seconde directement dans des habitations. À chaque fois, l’Agence Nationale des Fréquences précisait que les « faibles niveaux d’exposition relevés en laboratoire et chez des particuliers confirment que la transmission des signaux CPL utilisés par le Linky ne conduit pas à une augmentation significative du niveau de champ électromagnétique ambiant ».

Là où nous sommes un peu déçus, c’est que l’Anses n’a pas réalisé elle-même de nouvelles études, mais s’est contentée de faire une analyse de la documentation et des enquêtes existantes. Elle s’appuie notamment sur les données relevées par l’ANFR pour le compteur Linky.

 

Plus de clarté dans la communication

Pour clarifier la situation des compteurs connectés et communicants et éviter les campagnes de désinformation, l’Anses recommande aux « opérateurs impliqués dans le déploiement de ces nouvelles technologies à fournir une information claire et facilement compréhensible aux usagers quant à leurs modalités de fonctionnement ». En d’autres termes, EDF devrait être beaucoup plus transparent et clair dans sa communication envers les particuliers.

À lire sur FrAndroid : Linky : l’ANFR confirme que le compteur connecté n’est pas dangereux pour la santé