La première route de panneaux solaires dans le monde est désormais opérationnelle en France depuis le 22 décembre 2016.

32523-3993cc28_680_382

La ministre de l’Environnement, Ségolène Royale, a inauguré en cette fin de décembre la première route solaire en France, et plus particulièrement à Tourouvre-au-Perche, un petit village de Normandie. Une première mondiale.

1 km de route solaire

Le tronçon de route solaire s’étend sur 1 kilomètre soit 2 800 m². Il s’agit du morceau de route en fonctionnement le plus long jamais créé, mais la technologie a déjà été testée en Vendée cet été sur un parking solaire. Ses panneaux solaires tirent profit de la technologie Wattway. Ces derniers sont raccordés au réseau électrique et devraient générer assez d’électricité pour alimenter toutes les lumières de la rue du village. C’est-à-dire les feux, les panneaux, l’éclairage de la rue et même le mobilier urbain situé à proximité.

Une technologie testée

Concrètement, le système se présente avec simplicité : des panneaux solaires très fins sont directement posés sur la route préexistante. Vient ensuite une résine avec une garniture de particules de verres, un revêtement qui n’a d’autre but que de protéger de l’usure. Ces routes sont capables de produire de l’énergie grâce aux cellules photovoltaïques fabriquées par la Scop SNA à Toutouvre.

Débuté à la fin du mois d’octobre 2016, le projet a coûté 5 millions d’euros et le ministère imagine déjà 1 000 kilomètres de route solaire, comme le mentionne le site officiel de celui-ci.

Après une première mise en œuvre du procédé innovant Wattway sur le site de Tourouvre, l’État va conduire en 2017 un plan d’expérimentation de route solaire sur le réseau routier national, première étape d’un programme de déploiement sur les 4 années à venir. Ainsi, la technologie de la route solaire sera utilisée sur une section de la route nationale 164 en Bretagne. L’aménagement de places de parking sur l’aire de repos de Marzan sur l’autoroute de l’État (non concédée) RN165. Une expérimentation sera également conduite en 2017 dans le Grand Port Maritime de Marseille.

Il est vrai qu’une expérimentation à Marseille, avec ses 170 jours de grand soleil par an, parait plus logique. À titre de comparaison, Caen, ville normande proche de Tourouvre, n’en a que 44.

À lire sur FrAndroid : Karma Revero, des panneaux solaires sur une voiture hybride