Foxconn, le groupe industriel assemblant notamment l’iPhone, a déjà un plan pour remplacer la plupart de ses ouvriers par des robots. Ce plan devrait se voir réalisé dans un futur très proche pour les usines les plus développées et prendre quelques années encore pour les autres.

foxconn-iphone

Ceux qui suivent l’actualité du monde de la tech ont déjà entendu parler de Foxconn. Pour les autres, il s’agit d’une entreprise qui assemble beaucoup d’objets électroniques. Elle est connue notamment pour s’occuper de l’assemblage de l’iPhone et pour avoir fait scandale sur les conditions de vie de ses ouvriers à de nombreuses reprises.

Foxconn cherche depuis quelques années déjà à automatiser ses lignes d’assemblage. Et Dai Jia-peng, le manager général du comité du développement de technologie d’automatisation de Foxconn, a proposé un plan pour y parvenir.

Ce plan est composé de trois étapes distinctes.

  1. Les robots remplacent les ouvriers sur les tâches dangereuses ou répétitives sur lesquelles ils sont peu disposés à travailler.
  2. La deuxième étape vise à augmenter l’efficacité et la fluidité de la chaîne automatisée. Pour cela, Foxconn procèdera à des réglages et des optimisations qui permettront de réduire le nombre de robots sur une même chaîne.
  3. Enfin, la troisième étape verra l’automatisation complète des usines, avec simplement une supervision humaine.

Pour rassurer, Jia-peng assure que les ouvriers suivront des formations pour occuper des postes plus valorisants. Mais il n’a pas communiqué le pourcentage d’ouvriers concernés par l’initiative.

Un plan qui se déroule sans accroc

Wii-U-console

La console de Nintendo aussi a été assemblée dans les usines de Foxconn.

L’objectif de Foxconn est de remplacer 30 % de ses effectifs d’ici 2020. Avec plus de 1,2 million d’employés, il ne s’agit de rien de moins que 400 000 postes remplacés par des robots. Un objectif qui ne fait pas peur au géant taïwanais qui est capable de produire plus de 10 000 Foxbots, les robots de Foxconn, par an. C’est d’ailleurs comme cela que Foxconn a réussi a remplacer plus de la moitié des effectifs d’une usine par des robots en mars dernier.

Le plus impressionnant est sans doute que certaines usines en sont déjà à l’étape 2, voire l’étape 3 de ce plan. Effectivement, déjà 10 chaînes de production sont entièrement automatisées. À cette heure, plus de 40 000 Foxbots ont été déployés.

 

Une automatisation difficile

Un exemple de Foxbot

Un exemple de Foxbot.

Si Foxconn ne passe pas dès maintenant à des lignes complètement automatisées, c’est principalement à cause du manque de versatilité des robots. En effet, Jia-peng indique que cela prend énormément de temps pour recalibrer un robot sur une nouvelle tâche qu’un ouvrier humain ne prend pas.

Comme mentionné plus tôt, Foxconn emploie 1,2 million d’êtres humains. À ce titre, il est l’une des plus grosses entreprises au monde en termes d’employés. Évidemment, quand une telle entreprise cherche à se passer de sa main d’oeuvre, cela peut poser problème.

Le gouvernement chinois par exemple a beaucoup contribué au développement de Foxconn, en lui proposant notamment toute sorte d’aides financières. Avec plus d’un million de Chinois employés, la Chine a tout fait pour assurer que le gros de la main-d’oeuvre soit chez elle. Les ouvriers humains ont encore quelques années encore devant eux.

Un intérêt certain

Mais avec une technologie robotique qui se perfectionne de plus en plus, l’efficacité de ces appareils pourrait bien dépasser celle des humains, aussi peu payés soient-ils.

C’est un fait, les robots n’ont pas d’horaires à respecter et ne peuvent pas se plaindre en cas de mauvais traitement. Une entreprise comme Foxconn a beaucoup à y gagner, probablement plus que le manque des subventions chinoises. Ce n’est plus qu’une question de temps.