Lors d’une visite à Rome le Pape François a dénoncé l’utilisation abusive des téléphones portables qu’il juge responsables d’une perte de dialogue entre les êtres humains.

Quand on parle à quelqu’un, on préfère toujours qu’il nous regarde. Ou, du moins, qu’il exprime — ou feigne — un minimum d’intérêt pour ce que l’on est en train de dire. En outre, il faut bien admettre que lorsque notre interlocuteur préfère regarder l’écran de son téléphone pendant une conversation, ce n’est jamais très plaisant.

« Il n’y a plus de dialogue »

Sur ce point, on peut donc comprendre le Pape François lorsqu’il demande aux jeunes d’arrêter d’utiliser leur smartphone lorsqu’ils sont à table — même si nous aimerions lui rétorquer que les personnes moins jeunes peuvent aussi avoir ce genre de comportements.

Le chef religieux a en effet profité d’une visite dans une université publique de Rome pour affirmer que « quand on est à table, qu’on parle avec un autre sur son téléphone, c’est le début de la guerre, car il n’y a pas de dialogue ! » Le souverain pontife explique que « tant de fois, nous oublions à la maison de dire bonjour, on dit « ciao ciao », ces saluts anonymes ».

Téléphones portables VS lien social

Autrement dit, il trouve que le smartphone coupe le lien social et cette tendance néfaste se propage jusqu’au cercle familial. La problématique n’est pas nouvelle et a souvent été soulevée avec l’émergence des nouvelles technologies de communication et particulièrement les smartphones et les réseaux sociaux.

D’aucuns estiment notamment que le contact entre les personnes a été facilité par les téléphones portables, mais que la qualité de leurs liens sociaux s’est dégradée à cause du même objet. La question est d’ailleurs un sujet de réflexion au baccalauréat.

Discours de paix

On ne peut s’empêcher de trouver que le Pape François exagère un tantinet en traçant un lien de causalité entre l’utilisation du téléphone et la guerre. Saluons néanmoins le fait que son discours voulait avant tout appeler à la paix en parlant de « rapprochement des cœurs », de dialogue et de solidarité.