Google a annoncé PAX, un accord de partage de licences libres de droits dans la sphère Android pour éviter les litiges de propriété intellectuelle entre les différents fabricants.

« Pax » est un mot latin qui veut dire « paix ». Aujourd’hui, il désigne aussi le nouveau programme de Google pour mettre fin aux litiges entre les différents fabricants de l’écosystème Android. Plus précisément, le nom de cette plateforme s’écrit en capitales : « PAX ». Officiellement celle-ci se fait appeler l’Android Networked Cross-License Agreement

Grosso modo, il s’agit d’un accord de partage des licences entre les différents participants. L’objectif est de pouvoir accorder des licences libres de droit à tous les fabricants Android pour éviter d’inutiles guerres de brevets entre eux. Autrement dit, il s’agit d’un réseau de partage où chaque membre de PAX peut profiter de la licence d’un autre sans souci. 

230 000 brevets en commun

Google a lancé PAX conjointement avec Samsung, LG, HTC Foxconn, HMD, Coolpad, BQ et Allview. Ensemble, ces entreprises disposeraient ainsi de 230 000 brevets mis en commun. L’inscription est gratuite et ouverte à n’importe quelle entreprise fabriquant des produits ou des composants liés de près ou de loin à l’écosystème Android.

Programme confidentiel

Néanmoins, il reste bien difficile de savoir comment cela fonctionne exactement. Les conditions de l’accord sont confidentielles. On ne sait donc pas comment Google peut s’assurer du bon fonctionnement de cette plateforme et éviter les abus. Car on peut facilement imaginer qu’une entreprise pourrait profiter de PAX pour mettre à mal la propriété intellectuelle d’un concurrent. 

L’initiative reste tout de même un projet intéressant à suivre et s’inscrit sans doute dans la volonté de Google à participer à la culture open source. Malheureusement, le côté secret de ce programme remet en question cette notion du libre et laisse clairement entendre que l’on n’ en entendra plus — ou très peu — parler. La firme de Mountain View voulait seulement prévenir ses utilisateurs que PAX existait, sans réellement préciser ce que c’était.