S’il commence à se démocratiser sur des vols long-courriers, le Wi-Fi n’était pas encore disponible sur des vols continentaux européens. Cette époque est désormais révolue. Lufthansa annonce effectivement qu’elle propose désormais le Wi-Fi à bord d’ « un grand nombre » de ses vols domestiques et moyen-courriers en Europe.

L’Airbus A320neo de Lufthansa

Combien ça coûte ?

Les clients de Lufthansa, mais aussi de sa filiale Austrian Airlines et de la compagnie aérienne low cost Eurowings auront accès à trois formules « FlyNet » :

  • FlyNet Message permet d’échanger des emails et des messages iMessage, WhatsApp ou Snapchat pour 3 euros par vol
  • FlyNet Surf permet en plus de naviguer sur internet pour 7 euros par vol
  • FlyNet Stream enfin permet en plus d’accéder à des services de musique et de vidéo en streaming (YouTube, Netflix, Spotify, Deezer…), pour 12 euros par vol

La compagnie précise que le paiement se fait par carte bancaire, par PayPal, et prochainement par le biais de son opérateur de téléphonie mobile ou en utilisant ses points de fidélité Air Miles.

Quels vols sont éligibles ?

Le Wi-Fi n’est pas encore disponible sur tous les vols. La compagnie a d’ores et déjà équipé 19 appareils Airbus A320 de Lufthansa, 31 d’Austrian Airlines et 29 d’Eurowings, soit 79 de ses 617 appareils. Elle équipera d’autres appareils « prochainement », à raison de quatre jours d’intervention par appareil.

Nous attendons un retour de Lufthansa quant aux vols sur lesquels le service est disponible. Son site internet ne le précise pas.

Comment ça marche ?

Les avions de Lufthansa sont connectés à internet par satellite, grâce au réseau Inmarsat Global Xpress (GX). Ce réseau exploite la technologie de la bande Ka, également utilisée pour l’internet fixe des particuliers en zone rurale. Lufthansa indique que le service est disponible « quasiment d’une porte d’embarquement à l’autre ».

Les passagers se connectent ensuite en Wi-Fi, depuis leur smartphone, leur tablette ou leur ordinateur portable, comme ils le feraient sur Terre.

Tout vient à point à qui sait attendre

L’Europe commence donc à combler son retard sur les États-Unis, mais les compagnies américaines avaient initialement adopté une technologie cellulaire, reposant sur des antennes terrestres. Sur les premiers appareils américains équipés, internet ne fonctionne donc qu’à l’altitude de croisière, ce qui, sur des vols domestiques, divise parfois par deux le temps de connexion.

À lire sur FrAndroid : Le Wi-Fi dans les avions Air France dès 2017