Depuis une dizaine de jours, Facebook propose une option permettant aux administrateurs d’un groupe de poser des questions à toutes personnes demandant de rejoindre la communauté. Cela permet de se prémunir contre les éventuels trolls.

L’une des grandes utilités de Facebook — certains diront l’une des seules — est de pouvoir rejoindre des groupes. Au sein de ces derniers, chacun peut partager ses avis et discuter avec les autres membres de la communauté qui partagent le même centre d’intérêt que lui.

Une grande partie desdits groupes sont fermés et il faut l’accord d’un administrateur pour les rejoindre. Or, avant d’accepter un nouveau membre dans la communauté, l’admin peut avoir envie d’en savoir plus sur la personne et sur ce qu’il peut apporter au groupe. Mais malheureusement, cela n’est pas toujours possible, car il faut soit lui envoyer une demande d’amis pour avoir accès à sa biographie et ses publications (quand ces informations ne sont pas publiques) ou lui écrire un message sur Messenger qui ne sera peut-être jamais lu.

En acceptant quelqu’un qu’il ne connait pas dans un groupe, l’administrateur n’a aucun moyen de savoir s’il s’agit d’un troll ou d’un spammeur susceptible de polluer l’espace de discussion avec des propos ou des contenus indésirables. Pour faciliter la tâche de l’admin, Facebook propose désormais de poser jusqu’à trois questions à chaque personne faisant une demande de rejoindre un groupe privé.

Jusqu’à trois questions peuvent être prédéfinies.

 

Ces questions peuvent être prédéfinies dans les paramètres du groupe (accessibles uniquement aux administrateurs). Si les réponses du demandeur sont jugées satisfaisantes, alors sa requête pourra être acceptée.

L’option se cache dans les paramètres du groupe.

Cette option semble être disponible pour un certain nombre d’utilisateurs depuis une dizaine de jours et Facebook a récemment déclaré à TechCrunch qu’elle était désormais déployée à 100 %. Personnellement, je n’y ai pas encore accès dans le seul et unique groupe Facebook dont je suis administrateur. Mais je garde la foi et espère pouvoir en profiter bientôt.

À lire sur FrAndroid : Facebook Live teste les chats privés pour ne plus avoir affaire à la foule de commentateurs