Je sais bien, on parle depuis longtemps de LTE-Advanced et WiMAX-Advanced mais rien n’a été déployé à grande échelle en France. Je sais bien, on parle de 4G avec la LTE-Advanced et WiMAX-Advanced, mais ils  sont techniquement considérés comme des standards 3G. Néanmoins, l’industrie des telecom vient de désigner les deux standards sous une même et seule désignation « IMT-Advanced », et ils en profitent pour rechercher déjà la prochaine génération de technologie sans fil.

Rappelez-vous en 2000, l‘UIT (Union internationale des télécommunications) annonçait officiellement que la 3G serait un standard, avec des pics de 200 Kbps. Douze ans plus tard, l’IMT-Advanced (LTE-Advanced et WiMAX-Advanced) a multiplié au moins par 100 les débits 3G de l’époque.

La 5G ? l’UIT est à la recherche du prochain standard. Si vous êtes un ingénieur, sachez qu’il vous faut au minimum 100 Kbps de débit à grande vitesse et 1 Gbps à un point fixe. Il faudra également optimiser le réseau pour une utilisation plus efficace du spectre de fréquences, absolument nécessaire en ces temps où l’utilisation de données augmente plus rapidement que la capacité des opérateurs à fournir une bande passante supplémentaire. Comme vous l’aurez compris avec la 5G, tous les smartphones d’aujourd’hui seront des simples cadrans et les connexions à la maison seront sans intérêts.

Enfin, concernant la HSPA (3G+) et LTE, l’UIT pourrait les re-qualifier en 4G. La nouvelle définition de la 4G serait un réseau 3G qui apporterait un niveau substantiel d’amélioration des performances et des capacités à l’égard des systèmes initiaux de troisième génération aujourd’hui déployées.

Pour plus d’information, il faut aller voir le site de l’UIT.

Côté WiFi, Broadcom vient d’annoncer quatre puces avec des débits de 1,3 Gbps (802.11ac). Bref, ça va aller très vite… dommage que Megaupload ne soit plus des notres. 😉