C’est officiel, Netflix arrivera bien en France en septembre prochain. Et si vous êtes présents sur les réseaux sociaux, il ne vous aura sûrement pas échappé que c’est un sujet qui suscite énormément d’engouement. Il faut dire que ce service de SVOD est une machine à fantasme dans notre pays. Pour moins de 10 euros, il sera possible de regarder en streaming, en VO et en HD un catalogue de 100 000 films et série. Une sorte de rêve éveillé pour qui s’est déjà embêté à télécharger illégalement une série ou des sous-titres. Mais est-ce que Netflix est bien la plateforme de VOD parfaite que tout le monde semble attendre comme le messie ? Nous avons testé le service durant quelques jours et on vous explique comment il fonctionne, ce qu’il apporte par rapport à la concurrence actuelle en France et quelles seront ses probables limites lors de sa sortie dans l’Hexagone le mois prochain.

netflix logo

 

Netflix, qu’est ce que c’est ?

Si l’on entend beaucoup parler de Netflix ces derniers temps, c’est surtout parce que les promesses de ce service de vidéo à la demande avec abonnement (ou SVOD, pour Subscription Video On Demand) américain sont très alléchantes. Le principe est simple. Pour moins 10 dollars par mois, il est possible d’accéder à un catalogue de 100 000 films et séries de façon totalement illimitée et sans publicité. Netflix pousse le concept à son maximum puisqu’il propose de surcroît des vidéos en HD voire en Full HD dès que c’est possible (autrement dit, pour plus de 80 % de ses contenus), et possède une interface utilisateur d’une simplicité enfantine. Son gros avantage, c’est que cet abonnement mensuel est sans engagement et qu’il est possible d’utiliser Netflix sur une centaine d’appareils : PC, tablettes, box, TV connectées, etc., etc. Pour faire vite, Netflix c’est un service de SVOD à bas prix, sans engagement et avec un catalogue de contenu immense. Voilà pour la théorie, passons maintenant à la pratique.

Netflix, comment ça fonctionne ?

Nous avons décidé de nous inscrire sur le site américain de Netflix afin de le tester. Actuellement, il est impossible de s’abonner à Netflix depuis la France, ou, pour être plus précis depuis une IP française. Nous avons donc simplement installé un VPN sur notre machine et nous nous sommes rendus sur Netflix, qui nous a alors pris pour un Américain résidant à Miami.

L’inscription éclair

L’inscription à Netflix ne demande pas plus de trois minutes montre en main. Une simple adresse email (qu’il n’est même pas nécessaire de vérifier), un mot de passe et Netflix va vous demander quelle offre vous désirez. Trois offres ni plus ni moins sont au choix et s’échelonnent de 7,99 dollars par mois pour la première à 11,99 dollars par mois pour la plus chère.

netflix inscription tarifs

Une fois son email et son mot de passe rentrés, on choisit directement l’offre qui nous intéresse.

Le tarif le plus bas permet d’utiliser Netflix sur un seul appareil et ne permet pas de voir les contenus vidéos en HD. L’offre la plus onéreuse permet en revanche de voir tous les contenus en HD et autorise également jusqu’à quatre appareils à se connecter au service en même temps. Une fois son choix effectué, il ne reste plus qu’à entrer son numéro de carte bleue, un code postal (d’une ville américaine) et on arrive directement sur la homepage du site, prêt à regarder notre première vidéo. Notez également que Netflix offre le premier mois et qu’il est réellement gratuit : la carte bleue ne sera débitée qu’à la fin de la période d’essai. Il suffit d’annuler son abonnement pour disposer d’un mois entier de vidéos gratuites. Pas de mensonge sur la marchandise ici.

Une fois, cette formalité passée, Netflix va encore demander à l’utilisateur quelques secondes de son temps pour juger ses goûts. Un simple tableau à choix multiples va en effet lui demander quels genres de film il préfère. Comédie,s documentaires, action, drames… Il y en a pour tous les goûts, jusqu’à la catégorie Gay et Lesbiens. Cette étape est cruciale pour Netflix, puisqu’elle va lui permettre d’afficher des films et des séries en lien avec vos goûts et va ensuite les affiner au fur et à mesure de votre navigation sur le site. On y reviendra en détail un peu plus tard.

netflix 3

Dès notre arrivée sur le site, Netflix nous demande quels sont nos genres préférés. Une étape importante qui va lui permettre de nous suggérer des contenus intéressants.

Une interface sobre et très facile à utiliser

Voilà, nous sommes devant la homepage de Netflix et il faut bien admettre que cette page donne l’impression de rentrer dans un magasin de bonbons pour la première fois de sa vie. Netflix ne s’y trompe d’ailleurs pas et affiche directement des films ou des séries que vous ne pouvez décemment pas détester. Quelques grosses productions viennent immédiatement titiller l’œil averti. Ici, un The Avengers, là un Skyfall, du BattleStar Galactica, du Breaking Bad, un Arrow, le classique House of Cards, un discret Pulp Fiction… La liste des bonnes choses semble interminable et terriblement alléchante. Si, comme moi, vous n’avez pas eu le temps de regarder toutes les dernières séries à la mode, la première pensée devant cet étalage de films et série de premier choix sera : « je n’aurai jamais assez temps dans ma vie pour regarder tout ça ». Et c’est exactement ce que veut vous amener à penser Netflix.

Netflix homepage

Voici une partie de la homepage de Netflix qui apparaît à chaque connexion. La première ligne correspond à ce que l’on regarde actuellement et ce qui est en attente. Le reste consiste en des suggestions.

 

Netflix retient tout

Si vous décidez de voir plusieurs séries en même temps, Netflix retiendra l’épisode et le moment exact où vous avez coupé votre film. Netflix est aussi un pousse au crime. Vous avez terminé l’épisode 7 d’une série, il est minuit et demi et il est temps d’aller se coucher. Netflix va alors vous proposer discrètement de passer directement à l’épisode suivant quelques minutes avant la fin de l’épisode, de façon à couper rapidement les crédits et ruiner définitivement les six heures de repos qu’il vous restait avant le réveil. Netflix, c’est aussi de l’incitation à binge watcher.

Le premier réflexe à avoir face à cette montagne de contenus à regarder est de prioriser les choses à voir. Et évidemment, Netflix a déjà pensé à vous. Le simple fait de survoler une jaquette de film ou de série permet d’accéder à un court descriptif, mais affiche également une note de compatibilité avec l’utilisateur. Surtout, la fenêtre qui apparaît à côté du film permet de l’ajouter à « Ma liste », une liste d’attente qui recense tous les contenus que vous prévoyez de voir plus tard. Pour ma part, juste après mon inscription et la première évaluation de mes goûts, j’ai ajouté une dizaine de films et série à ma liste. Il est également possible de regarder plusieurs séries et films de front, Netflix retiendra systématiquement là où l’on s’est arrêté, que cela concerne un épisode ou le milieu d’une vidéo.

netflix fiche ajouter liste

D’une manière générale, cette interface est d’une simplicité d’utilisation déconcertante. Il n’y a pratiquement aucune fonction cachée, un simple clic sur une jaquette lance le film et il est possible d’accéder à d’immenses listes de films et de séries grâce à des filtres équivoques. Si vous venez de regarder Kill Bill et que vous voulez voir toute la filmographie de Quentin Tarentino, un clic sur son nom vous ramènera à toutes les œuvres du réalisateur que contient le catalogue de Netflix. Enfin, nos amis canadiens le savent bien, l’interface est déjà intégralement traduite en français.

netflix filtre acteur

Toutes les séries et tous les films sont tagués par acteurs, genres, réalisateurs et thèmes. Idéal pour retrouver tous les films d’un acteur en particulier sur Netflix.

 

fiche détail netflix

La fiche de film en elle-même contient les critiques, les tags et les suggestions.

Une qualité de vidéo excellente

Il est temps de lancer notre premier film. On le disait un peu plus haut, un simple clic sur une jaquette lance directement le film ou la série demandée. Si c’est la première fois que l’on regarde une vidéo, Netflix demande d’installer le plug-in Silverlight de Microsoft, que ce soit sur PC ou Mac. Malgré notre VPN et la connexion déplorable de la rédaction de FrAndroid (une sombre histoire de cordonnier mal chaussé), il ne m’a jamais fallu attendre plus d’une minute de chargement pour lancer directement le film demandé. Une fois lancée, la vidéo se charge en streaming, d’abord en SD puis – en fonction de la qualité de la connexion – en HD. Si l’on a une confiance sans faille en sa connexion, il est par ailleurs possible de régler directement la qualité des vidéos dans les paramètres de compte.

netflix 2

Que ce soit sur PC ou sur Mac, Netflix demande d’installer Silverlight pour lancer une première vidéo.

 

Les sous-titres

soustitres netflix

Sur notre version américaine de Netflix, 99 % des contenus vidéos proposés étaient en anglais et possédaient des sous-titres anglais (à destination des malentendants) ou en espagnol. Netflix a toutefois pensé aux perfectionnistes qui voudraient modifier les sous-titres. Un menu des paramètres permet de sélectionner la couleur (de la police, des contours, de l’arrière-plan), la police, la taille et les ombres des sous-titres. Difficile d’être plus pointu dans ce domaine. On espère que la version française possédera autant de possibilités de personnalisation.

 

Netflix précise que la consommation de donnée peut varier de 0,3 Go par heure pour la version SD à 3 Go par heure pour de la HD et peut même monter jusqu’à 7 Go par heure pour certains programmes en 4K. Des programmes peu nombreux (House of Cards, Breaking Bad, les Schtroumpfs 2 et Ghostbusters sont pratiquement les seuls)  et qui ne sont réservés qu’à une poignée de téléviseurs. L’option a toutefois le mérite d’exister. Avec une telle consommation de données, même en « simple » HD, la qualité des vidéos est tout bonnement excellente. Le passage de la SD à la HD est invisible et si Netflix repère que la connexion faiblit ou grossit, il passe d’une qualité de vidéo à l’autre sans poser de question. Sur la bonne trentaine de vidéos que j’ai pu regarder depuis que je suis sur Netflix, le flux ne s’est coupé qu’une fois et cela provenait uniquement du VPN. La qualité de service est irréprochable.
netflix param qualité connexion
Le reste de l’interface de lecture est très classique. Mise en pause, gestion de la HD, activation ou non des sous-titres, gestion du son, temps restant et bien entendu retour à la homepage.

netflix film

 

Netflix is watching you

 L’espion qui m’aimait

Il y a une chose qu’il faut accepter en arrivant sur Netflix : c’est d’être surveillé, espionné et analysé en permanence. L’algorithme de Netflix suit toutes les actions que l’on réalise sur le site, absolument toutes : que cela concerne l’augmentation ou diminution de son, le lieu où l’on regarde la vidéo, à quel épisode d’une série vous cessez de la regarder, à quelle heure vous regardez telle vidéo, retient vos recherches, vos consultations de fiches, prend en compte les notations des vidéos, bref Netflix veut tout savoir. La contrepartie est toutefois généreuse puisqu’il saura au bout d’un certain temps exactement ce que vous recherchez.

On termine ce tour du propriétaire par l’un des plus gros points forts de Netflix : son système de recommandation basé sur un algorithme démoniaque. Bien conscient qu’il sera impossible pour tout être humain normalement constitué de regarder et l’intégralité des programmes disponibles, Netflix a élaboré, année après année, un algorithme capable de mieux cerner vos goûts. Le but ? Vous faire rester le plus longtemps possible sur la plateforme et ainsi continuer à payer tous les mois. Et il faut bien admettre que le système fonctionne admirablement bien. On le disait un peu plus haut, lors de son inscription, Netflix veut connaître globalement vos goûts en matière de genres. Puis il va vous laisser vagabonder sur la plateforme quelque temps, analyser ce que vous regardez dans le détail puis vous demandez parfois ce que vous avez aimé dans telle vidéo. Et peu à peu, la homepage de Netflix va se remplir de nouvelles suggestions directement en relation avec ce que vous aimez.

netflix recoreco

En indiquant que j’aime la science-fiction, Netflix m’a directement incité à regarder Battlestar Galactica ou Firefly. Quelques heures après avoir regardé un documentaire sur les mers arctiques, il a commencé à mettre en avant les reportages de Earth Planet de la BBC, après avoir regardé les quatre premiers épisodes de Kill la Kill, il m’a suggéré de regarder Baka & Test, etc., etc. La conséquence ? Au bout de deux jours d’utilisation, j’avais une liste de films et de séries que je devais regarder contenant au total une centaine de vidéos. Tous les contenus suggérés sont des films ou des vidéos que j’ai très envie de voir ou revoir et je sais d’ores et déjà qu’il sera impossible de tout regarder en moins d’un mois. Autrement dit, je suis déjà très incité à prendre un abonnement mensuel. L’autre effet secondaire de ce fabuleux moteur de suggestion, c’est qu’on passe souvent autant (voire plus) de temps à dénicher des films et séries à accumuler dans sa liste d’attente qu’à les regarder. Je me suis fait avoir plusieurs reprises lors de l’écriture de ce dossier : alors qu’il je recherchais une fonctionnalité du site ou que je comptais effectuer une capture d’écran, je me suis surpris à regarder la fiche de X-Files, puis à regarder ce qu’avait fait Gillian Anderson ensuite, pour finalement me retrouver 20 bonnes minutes après à ajouter Sliders à ma liste d’attente alors que c’est bien la dernière de mes priorités. Et je vous parle à peine des sites qui répertorient les perles cachées du service, qui incitent à se perdre un peu plus dans les immenses méandres de ce catalogue.

netflix reco 3

L’application mobile : moins de fonctionnalités, mais une interface toujours aussi efficace

Netflix dispose également d’une application mobile très performante. Elle n’est pas aussi riche que la version web du service, mais elle possède le mérite d’être tout aussi sobre et efficace que sa grande sœur. Impossible par exemple de cliquer sur le nom d’un acteur pour retrouver sa filmographie complète, ou de voir les critiques des internautes sur une série. Très clairement, le but de l’application n’est pas tant de fouiller dans le catalogue que de se s’allonger dans un lit, de s’affaler dans un canapé ou de profiter de la terrasse d’un café pour regarder un film de sa liste d’attente. La qualité de service est pratiquement identique à celle de la version web. S’il n’est pas possible de modifier la qualité de la vidéo, cette dernière passe toutefois automatiquement en HD si la connexion le permet. Nous avons testé l’application à la fois sur du Wifi et sur de la 3G et, là encore, nous n’avons jamais eu le moindre ralentissement ou coupure. Évidemment, il faut obligatoirement bénéficier d’une connexion Internet pour regarder un contenu vidéo. Impossible de regarder convenablement un film ou une série dans le métro ou dans le TGV par exemple. De la même façon, il n’est pas possible de télécharger un contenu vidéo pour le regarder plus tard sur son appareil.

Screenshot_2014-07-29-22-25-24

Un catalogue riche, mais bourré de mauvais films

Alors, Netflix est-il réellement la plateforme de vidéo à la demande rêvée ? Si les services proposés sont d’excellente qualité, tout n’est pas parfait. À commencer par le catalogue de Netflix. La société américaine n’a pas un catalogue de films ou de séries sans fond et il n’est donc pas possible de trouver absolument tout ce que l’on désire. Lorsque je suis arrivé sur Netflix pour la première fois, j’ai demandé aux membres de la rédaction de FrAndroid quels seraient, selon eux, les films qu’ils aimeraient absolument avoir sur un service de VoD. Ils m’ont répondu en vrac : Star Wars, Drive, Ratatouille, Aladdin, James Bond, Point Break, Pearl Harbor, Bienvenue chez les Chtis, la Grande Vadrouille, The Big Lebowski, Indiana Jones, Cloud Atlas, Soleil Vert, Titanic, Jurassic Park, Starship Troopers ou encore Sixième Sens. Sur tous ces films cités, un seul était présent dans le catalogue de Netflix : Titanic. Sur les séries, c’est déjà beaucoup mieux, puisqu’on retrouve les grands classiques de ces dernières années comme Breaking Bad, American Horror Story ou Vampire Diaries. Mais les exclusivités de HBO et des autres grands opérateurs TV américains ne répondent pas présents à l’appel. Game of Thrones, Alcatraz, The Wire, 6 Feet Under, Community ou encore Friends sont absents. Netflix n’a pas ou ne peut pas parvenir à avoir tous les films de la Terre pour des raisons de partenariats et de concurrence.

netflix not found

Netflix est aussi un service de location de DVD à distance. Quand un film ou une série n’est pas trouvé, il propose alors de louer le DVD. Un service qui n’arrivera peut-être pas en France.

 

C’est d’ailleurs surtout sur les films que le catalogue de Netflix pêche. Du nanar, de la série B des années 80 et 90, du documentaire américain bas de gamme, il y en a à foison sur Netflix et la société américaine ne se cache pas de remplir son catalogue de contenus médiocres afin de combler les manques. De fait, lorsque l’on recherche un film ou une série absente de Netflix, ces contenus annexes vont être suggérés et vont permettre au service de retenir l’attention des utilisateurs. Une pratique discutable et qui ne fonctionne pas sur tout le monde. Ne crachons pas dans la soupe, pour peu que vous ne passiez pas trois heures pas jour à regarder des séries et des films, il y a largement de quoi faire avec du contenu de qualité sur Netflix. Mais ne vous attendez pas à y retrouver toutes vos attentes, si vous êtes du genre à suivre les dernières séries à la mode, il faudra encore passer par des portails plus ou moins légaux pour trouver son bonheur rapidement. On sent toutefois que Netflix fait des efforts pour apporter des contenus de grande qualité sur son service de vidéo. Il suffit de regarder le filtre animation japonaise (des animes, donc) pour s’apercevoir que la grande majorité des séries proposées sont d’excellente qualité. Il en est de même pour les reportages, où l’on peut trouver quelques belles perles issues de la BBC. Sera-ce suffisant pour maintenir l’abonnement des spectateurs français ? Après tout, cela semble fonctionner aux États-Unis.

anime jap netflix

Le catalogue d’anime japonais n’est pas énorme, mais il contient beaucoup de perles.

 

Au final, que penser de mon expérience sur Netflix ? Pour quelqu’un, comme moi, qui regarde de temps en temps les séries à la mode, qui ne va pas au cinéma plus d’une fois par mois et qui n’a pas l’envie, le temps ni la patience de passer par les sites pirates pour regarder des séries en particulier, Netflix est un excellent service doté d’un abonnement mensuel tout à fait acceptable. Si le catalogue français est à la hauteur de ce que l’on peut retrouver sur le service américain, il y a de bonnes chances pour que je m’abonne durant quelques mois avant d’avoir fait le tour des contenus qui me plaisent. J’ai beau me dire que ma liste de films et séries en attente doit absolument être regardée un jour ou l’autre, je sais pertinemment que je n’aurai pas le temps de tout voir et que je jugerai bien, un jour, ne plus avoir de temps à consacrer à Netflix. Pour ceux qui suivent déjà toutes les séries à la mode et qui ne supportent pas d’avoir à attendre plus de 48 heures pour mettre la main sur leur dose de série quotidienne, je ne suis pas convaincu que Netflix est le Saint Graal. Il manque actuellement beaucoup de séries cultes du moment, et j’ai bien peur que ces gens aient déjà vu la grande majorité du catalogue. Il n’empêche, pour le prix proposé, Netflix est d’un tel confort d’utilisation et possède une telle tendance à suggérer des contenus aptes à nous plaire qu’il est difficile dans un premier temps de ne pas l’aimer.

Que faut-il attendre de la version française de Netflix ?

Qu’en sera-t-il pour la France ? Netflix communique tellement peu au sujet de son implantation en Europe qu’il est difficile de dire ce qui sera modifié, ajouté ou retiré du catalogue français. Ce que l’on sait déjà, c’est que Netflix ne pourra pas diffuser dans le catalogue français tous les films présents dans le catalogue américain à cause de la chronologie des médias. La chronologie des médias est, comme son nom l’indique, une chronologie qui fixe l’ordre d’apparition d’un film sur différents supports, qu’ils soient physiques ou virtuels. Quand un film sort dans les salles de cinéma en France, il n’est pas possible pour le distributeur de le commercialiser comme il le souhaite dans d’autres formats. La loi l’oblige à respecter une chronologie très précise. Il doit attendre trois ou quatre mois pour sortir le film en VOD ou en DVD, 12 mois pour être diffusé sur un service de télévision payant et 36 mois (3 ans) pour être disponible sur les services de SVOD… comme Netflix. Et la société américaine n’a pas eu d’autres choix que de se plier à cette contraignante chronologie. En d’autres termes, il sera impossible de voir des films sur Netflix dont la date de sortie est supérieure à 2011. Avengers, qui est par exemple disponible sur le service américain de Netflix ne devrait pas arriver sur le service français avant au moins le milieu de l’année 2015.

113873-chronologie-des-medias-detail

Source de l’image : Next Inpact. Si vous désirez en savoir plus sur les enjeux de la Chronologie des Médias, nous vous conseillons par ailleurs leur excellent dossier consacré au sujet.

Il est bien prévu que l’état raccourcisse la date de mise en ligne sur les services de SVOD pour la faire passer de 36 à 24 mois. Mais le processus est actuellement en cours de pourparlers avec des acteurs français peu motivés et un système législatif tellement lourd que cette probable mesure ne devrait pas être effective avant de longs mois. En plus de cette obligation de respect de la chronologie des médias, Netflix devra également participer au financement de films ou de productions français. Ce qui explique pourquoi Netflix a déjà annoncé la mise en chantier d’une série française qui se déroulera à Marseille et qui sera produite par la société de Luc Besson, EuropaCorp. Il devrait donc y avoir quelques contenus propres français. En plus d’un catalogue de film et de série français préexistants ?

À l’heure actuelle, le catalogue français que proposera Netflix lors de son lancement est la plus grande inconnue. On le sait bien, les Français sont friands de films et de séries nationales. Qu’on ne s’y trompe pas, si les séries américaines ont mis des années avant de s’installer sur les chaînes de télévision françaises, c’est bien parce que les audiences de Joséphine, Ange Gardien, Julie Lescaux et autres Les Beaux Mecs font encore de très belles audiences en France. Vous pouvez juger ces séries sont médiocres, mais le fait est qu’une grande majorité de Français ne parle pas anglais et aime voir des séries qui leurs sont proches. La question est donc de savoir si Netflix parviendra à convaincre un public différent des amateurs de séries américaines et amener le grand public à adopter un mode de consommation de programme télé différent de ses habitudes.

mytf1 hp

La page d’accueil de MyTF1. Représentative des goûts des Français ?

À vrai dire, l’autre défi que devra relever Netflix en France sera bien d’attirer le grand public auprès de son service. Ce n’est clairement pas un défi gagné d’avance. D’abord parce qu’on ne connaît pas la qualité des services français qu’il proposera (sous-titres, doublages en VF ?). D’autres parts parce que la culture américaine et la culture française en termes de télévision sont très différentes et relativement à l’avantage des Français. Si Netflix a aussi bien réussi à s’implanter dans les foyers américains, c’est essentiellement parce que la télévision américaine est majoritairement payante et très chère. À titre d’exemple, s’abonner au bouquet de chaîne HBO (pour regarder, au hasard, Game of Thrones) coûte environ 20 dollars par mois. Multiplier les bouquets de différentes chaînes est donc très coûteux. Netflix a par conséquent été une libération pour de nombreux Américains qui ont pu enfin regarder à moindre coût des séries et des films qui auraient nécessité une multitude d’abonnements hors de prix.

hbo tarif

Vous voulez vous abonner à HBO ? C’est minimum 20 dollars par mois.

Contrairement aux Français, les box Internet sont pratiquement inexistantes de l’autre côté de l’Atlantique, dans un pays qui a longtemps préféré pour des raisons historiques le câble à l’ADSL et à la fibre. Ce qui n’est pas tellement le cas dans les zones urbaines et peuplées de France, où le haut débit en ADSL a rapidement été adopté au milieu des années 2000. Avec l’arrivée de ces box internet à haut débit, les chaînes de télévision françaises ont également pu proposer leurs programmes (et donc leurs séries et films) sur ces box et proposer dans le même temps des services de rattrapages français. Les Français ont donc déjà à leur disposition un large choix de films et de séries – intégralement en français qui plus est – qui passe à la fois tous les soirs sur les chaînes de télévision et qu’il est possible de voir en replay. Est-ce que Netflix et son gros catalogue américain parviendront à se faire une place dans ce système parfaitement adapté à la France ? Il faudra indéniablement s’en donner les moyens. Nous aurons une partie de la réponse en septembre prochain, au lancement de Netflix.

Quels concurrents pour Netflix ?

Si la télévision française et les box Internets sont bien les premières et principales concurrentes de Netflix, le service américain ne sera toutefois pas tout seul sur le créneau sur le créneau de la SVOD. Il existe actuellement trois principaux acteurs en France : CanalPlay Infinity, FilmoTV et Jook Video. Nous ne les avons pas tous testés profondément un à un, mais ils proposent peu ou prou le même service que Netflix, à savoir de la SVOD.

Sur le papier, ces trois sites proposent tous les mêmes avantages que Netflix. L’inscription est rapide, les tarifs se placent tous sous la barre des 10 euros, le premier mois est réellement gratuit et il est possible de lire les vidéos aussi bien sur son PC que sur un appareil mobile. Tous disposent également d’une application mobile, mais tous n’y portent pas la même attention. L’application Android de Jook Video a par exemple été littéralement saquée par ses utilisateurs (2,6/5, ce qui est très mauvais sur Google Play) tandis que celle CanalPlay Infinity semble fonctionner correctement. Enfin, tous ces sites proposent également de la HD et de la VOST sur une petite partie de ces contenus.

canalplay infinity inscription

CanalPlay Infinity demande toutefois plus de renseignements pour s’inscrire.

De fait, la principale différence entre un CanalPlay Infinity et un Netflix concerne le catalogue, beaucoup plus étoffé chez les Américains que chez les Français. Si l’on ne connaît pas exactement les chiffres des uns et des autres, il ne faut toutefois que quelques minutes pour se rendre que les catalogues de l’offre de SVOD actuelle en France est bien inférieure à celle proposée par Netflix. Mais, comme nous le précisions plus haut, Netflix compte beaucoup sur son catalogue de contenus vidéos moyens pour inciter ses spectateurs à rester et consommer toujours plus. À l’usage, il semble que les sites de SVOD français adoptent une stratégie un peu différente et bien plus orientée vers la famille. Ainsi, l’offre jeunesse et dessin animé de CanalPlay Infinity est bien plus étoffée et bien plus adaptée aux enfants français. La VF joue beaucoup. CanalPlay Infinity, toujours, propose également un beau catalogue de films et de spécialités hexagonales. Avoir l’intégrale des Inconnus, une bonne partie de la filmographie de Pierre Richard ou du Coluche dans son catalogue est un avantage de poids. La contrepartie de tout cela, c’est que la VO n’existe pas toujours (et c’est assez problématique dans le cas d’une série comme Community) et que certaines séries ne sont pas proposées en intégralité. Proposer Breaking Bad, c’est bien, mais c’est encore mieux avec la saison 5…

canalplay infinity

Avoir les inconnus dans son catalogue est un gros avantage pour les services de SVOD français.

On sera peut-être un peu plus critique au niveau du service même. Si nous n’avons pas rencontré de problème particulier concernant la lecture des vidéos ou leur qualité lors de notre court test de CanalPlay Infinity, on sera beaucoup moins enthousiaste quant aux fonctions de suggestion et de recherche. Jook Video a par exemple le bon goût de proposer de temps en temps des alternatives lorsque la recherche n’aboutit à aucun résultat exact. Mais CanalPlay Infinity se contente simplement d’afficher une page presque entièrement blanche pour annoncer que rien ne correspond à notre recherche dans son catalogue. Et tant pis si vous avez fait une faute de frappe, le service français ne viendra jamais vous aider. En ressortant d’une grosse semaine de Netflix, j’avoue que le changement a été très dur de ce point de vue. Les sites français sont relativement beaux et agréables à utiliser, leur catalogue possède des atouts capables de rivaliser avec le géant américain, mais ils n’incitent jamais à rester, ils ne suggèrent jamais rien ou si peu. Le problème des sites de SVOD français, c’est qu’ils considèrent que leurs clients utilisent leurs services comme une source de vidéos d’appoint et non comme un service qu’on pourrait utiliser quotidiennement et qui répondrait toujours plus à nos besoins.

canalplay infinity rien

Très bien, merci. Je fais quoi maintenant ?

Et c’est bien en ce sens que Netflix va faire de l’ombre à la concurrence déjà existante. Son catalogue ne sera certainement pas aussi qualitatif et taillé pour la France que ses homologues de SVOD français, mais il arrivera avec un catalogue massif, impressionnant et surtout capable de donner envie de regarder toujours plus de séries et de films plus longtemps. Il n’est pas certain qu’il réussisse à s’imposer dans tous les foyers français, mais il aura le mérite de bousculer le petit monde tranquille de la VOD et de la SVOD, voire de permettre à ceux qui en ont assez de pirater des séries pour les trouver en VOST de trouver enfin une véritable offre légale digne de ce nom. Et c’est déjà beaucoup.