Yelp le moteur de recommandation américain, officialise aujourd’hui le rachat de son homologue français Cityvox. Ce dernier, fondé en 1999, regroupe des sites spécialisés dans le contenu local (restaurants, événements).

Cityvox

Riche de 300 000 avis, Cityvox avait déjà intéressé Orange qui l’avait racheté en 2008 et en avait fait l’une de ses filiales, avant finalement de changer de mains. Il intègre ainsi le portefeuille de l’américain Yelp, fondé quant à lui en 2004, et qui s’introduit peu à peu sur le marché européen. Selon Zeva Bellel, directrice marketing Yelp France, « cet achat montre que l’on est prêt à boucler des acquisitions pour solidifier notre présence en Europe« .

L’acquisition de Cityvox n’est pas une première pour Yelp. Le site américain avait en effet acquis Qype, son principal concurrent sur le vieux continent, en octobre 2012 et pour 50 millions de dollars. Ce dernier, guide européen d’informations fondé en 2005 était alors un mastodonte avec 25 millions de visiteurs uniques par mois et 900 000 lieux répertoriés à travers tout le continent. En marge du rachat de Cityvox, Yelp a également acquis il y a quelques jours le site allemand de critiques de restauration Restaurant-Kritik avec son catalogue de 330 000 avis et 94 000 restaurants. Le montant qu’a dû débourser Yelp pour acheter Cityvox n’a pas été dévoilé.

Avec le rachat de Cityvox, Yelp poursuit sa conquête du vieux continent avec un territoire qui lui est cher, puisque la France était le premier pays non anglophone où le service américain s’est lancé, en mai 2010 et avec une petite équipe de six personnes. Le service est entrée en bourse en 2012 et compte à l’heure actuelle 139 millions de visiteurs uniques chaque mois, auxquels il faudra ajouter 1,3 millions de visiteurs chez Cityvox (en juin dernier). Son chiffre d’affaires pour le troisième trimestre 2014 représente 102,5 millions de dollars (en hausse de 67 % sur un an) avec un bénéfice de 3,6 millions de dollars.