La grande panne qui a touché Facebook, Instagram, HipChat et Tinder, entre autres, n’était pas une attaque, malgré le Tweet de revendication du groupe de hackeurs Lizard Squad.

facebook

Selon un porte parole de Facebook, la panne mondiale de ce matin qui a touché pendant une heure le réseau social et de nombreux sites l’utilisant pour leurs comptes utilisateurs (Instagram, Tinder), mais aussi HipChat et AIM, n’était pas une attaque.

Beaucoup de personnes ont eu du mal à accéder à Facebook et Instagram. Ce n’était pas le résultat d’une attaque, la panne s’est produite après que nous avons effectué un changement de configuration qui a affecté nos systèmes. Nous avons agi rapidement pour régler le problème, et les deux services sont à 100 % de retour, pour tout le monde.

La panne était donc due à une mise à jour de serveurs de Facebook, ce qui a dû en saturer d’autres et les faire crasher, provoquant, par effet domino, la panne de presque tout le réseau social et des sites utilisant des comptes Facebook comme identifiants (Instagram et Tinder). Quant à HipChat, la cause est encore inconnue, peut-être est-ce une coïncidence.

Les utilisateurs et les médias ont cru presque unanimement à une attaque de Lizard Squad, un groupe de hackeurs malaisiens assez virulent, à cause de leur tweet de revendication, qui s’avère être un beau troll. Ce groupe avait déjà attaqué par déni de service les serveurs Xbox et PlayStation Network à Noël. Vu l’ampleur de leurs attaques, il n’aurait pas été impossible qu’ils s’en prennent à Facebook.

Depuis la fin de la matinée, Facebook et les autres sites fonctionnent, mais souffrent encore quelques ralentissements. Seul HipChat semble encore inaccessible chez certains utilisateurs.