Visa vient d’annoncer l’arrivée d’une nouvelle technologie pour combattre la fraude à la carte bancaire. Ainsi, les clients seraient traqués via le GPS de leur smartphone pour être certain que l’achat réalisé avec la carte bancaire n’est pas frauduleux.

Credit-Card-Reader-for-Android-Smartphone-Visa-Mastercard-cartes-NFC

Quoi de plus terrible pour une carte bancaire que d’être utilisée de manière frauduleuse ? Pour tenter de réduire le risque de fraude à la CB, les banques et les organismes fournisseurs des cartes bancaires utilisent déjà de nombreux stratagèmes. Ainsi, de complexes algorithmes permettent de déterminer si l’utilisation de la carte bancaire semble suspecte. C’est par exemple le cas pour une carte qui réalise un paiement à Paris puis à New-York à quelques minutes d’intervalles. Mais il existe parfois des ratés, qui bloquent alors l’utilisation de la carte bancaire du client lorsqu’il est en voyage à l’étranger. Si ça vous arrive un dimanche à minuit sans aucune liquidité sur vous, ça fait mal (testé et approuvé très récemment).

Visa compte bien faire baisser de 30 % les erreurs de refus de paiement lors des voyages. En effet, lors du paiement, Visa va utiliser un système de géolocalisation pour s’assurer que le porteur de la carte et cette dernière se situent bien dans la même zone géographique. Si c’est le cas, la carte ne sera pas bloquée et le paiement sera accepté. Sans cette technologie, il est possible que les systèmes de protection des banques se mettent en place pour suspicion de fraude, interdisant alors le paiement. La solution de Visa pourrait donc plaire à tout le monde : aux banques, qui évitent ainsi de perdre du temps à débloquer la situation, aux clients qui n’ont pas à passer de longues (et chères) minutes au téléphone avec leur banque depuis l’étranger ainsi qu’aux commerçants qui ne subissent pas de refus de paiement et encaissent donc plus d’argent.

Pour fonctionner, le système nécessite son intégration dans les applications mobiles bancaires. Il utilisera le GPS du terminal mobile et aura besoin d’être connecté à Internet, que ce soit par le réseau cellulaire (attention aux frais de roaming) ou via le Wi-Fi. La technique sera proposée en option et pourra être désactivable par le client depuis l’application. Ce service sera disponible à partir du mois d’avril prochain, aux États-Unis dans un premier temps.