Kickstarter a commencé à constituer une équipe en France. Les entreprises et entrepreneurs français pourront lancer des campagnes bien plus facilement d’ici à quelques mois.

kickstarter

 

Mise à jour le 19/02/2015 : Le responsable de la communication de Kickstarter, Justin Kazmark, précise que les informations indiquant que la plateforme constitue actuellement une équipe en France est erronée (dans le tweet ci-dessous). Il n’interdit pas toutefois la possibilité d’une implantation en France à l’avenir, mais balaie la possibilité de voir Kickstarter s’implanter dans l’Hexagone dans un futur proche.

 

Jusqu’à aujourd’hui, si vous vouliez lancer une campagne de financement participatif, plusieurs solutions étaient envisageables : les plateformes françaises, comme Ulule et KiskissBankBank (et MyMajorCompany dans une autre catégorie), votre famille et vos amis, la plateforme Indiegogo avec une renommée internationale… Mais pour Kickstarter, c’était bien plus complexe. Il fallait pousser un projet avec une entreprise immatriculée aux États-Unis, avoir un compte bancaire également là-bas… Des démarches loin d’être compliquées, mais qui nécessitent du temps et de l’organisation.

Heureusement, Kickstater va simplifier la vie de nos entrepreneurs français : l’entreprise américaine recrute en France afin de constituer une équipe. L’information a été livrée lors d’un débat dans l’émission Tech24 de France 24, que l’on peut retrouver sur YouTube.

Lien Youtube
Chaine Youtube FrAndroid

Kickstarter est une des principales plateformes de financement participatif, avec près de 1,5 milliard d’euros générés pour des projets très divers. En près de cinq ans, 9 millions de personnes dont 165 000 en France ont apporté leur soutien à un film, un chanteur, une exposition ou un produit techno, pour plus de 103 000 projets financés. Un des projets les plus impressionnants reste Pebble, la montre connectée qui a reçu plus de 10 millions de dollars, pour plus de 68 000 contributeurs.

Comment est né Kickstarter ? C’est une anecdote que l’on entend souvent : l’idée a germé lors de l’organisation d’une soirée dans le cadre du Jazz Fest de la Nouvelle Orléans. Il a fallu huit ans pour que Kickstater voit le jour, en 2009. Les premiers projets étaient essentiellement culturels, et plusieurs années après, ce sont les projets technologiques qui remportent le plus de succès.

Enfin « succès, « succès ». Pour être un contributeur plutôt actif, la plupart des campagnes prennent du retard. Les 10 projets financés à titre personnel ne sont pas représentatifs, néanmoins Kickstater a donné des chiffres : sur les 50 projets « technologiques » les plus populaires, la plateforme enregistre 85 % de retard sur les livraisons de produits.

En tout cas, l’arrivée de Kickstarter est une bonne chose pour l’écosystème français. Cette plateforme d’envergure internationale a permis à de nombreux français de financer le développement de produits, comme Prizm, ou encore Goetia. Je vous encourage à investir quelques euros dans ce dernier projet de jeu, développé par des amis bretons.