L’application Kik Messenger pourrait perdre son indépendance. D’après les sources de Bloomberg, elle pourrait être mise en vente, comme en témoigne sa collaboration récente avec une banque d’investissement.

Kik

La plateforme de messagerie Kik a certainement perdu de sa superbe depuis l’ascension de WhatsApp, de plus en plus populaire et truffé de nouvelles fonctionnalités. Quand le premier revendique 200 millions d’inscrits, le second a récemment atteint le milliard d’utilisateurs dans le monde. Cette application, dédiée à l’envoi de messages instantanés et désormais compatible avec Android Wear, est éditée par Kik Interactive, lequel explore désormais toutes les options qui s’offrent à lui.

Après une levée de fonds à hauteur de 38 millions de dollars réalisée en novembre dernier pour un total de 70 millions de dollars levés, Kik se cherche un avenir. D’après Bloomberg, Kik Interactive serait prêt à chercher des « acheteurs potentiels ou des investisseurs dans la Silicon Valley et en Asie ». Le média cite des sources proches de Kik, et rapporte les propos du fondateur de Kik, Ted Livingston. L’homme indique ainsi avoir « engagé Qatalyst pour évaluer toutes les options, dont l’une consiste à rester indépendant », soit Qatalyst Partners, une banque d’investissements spécialisée dans les négociations avec des partenaires potentiels. Autant dire que la vente est une autre option, et peut-être la plus envisagée.