Djump, application de transport similaire à uberPOP, a également annoncé la suspension temporaire de ses activités par mesure de sécurité envers ses conducteurs et utilisateurs.

Capture d’écran 2015-07-03 à 14.29.49

Le premier domino est tombé, et les autres s’apprêtent à suivre. Ce matin, Le Monde annonçait, dans une interview avec le directeur général d’Uber France, la décision de suspension immédiate du service uberPOP pour des raisons de « sécurité des chauffeurs », mais également pour apaiser les tensions depuis les réactions violentes des chauffeurs de taxis envers conducteurs et utilisateurs du service. Mais si Uber est la figure de proue de l’affaire, d’autres services similaires (ou presque) font les frais de cette fronde. Et c’est notamment le cas de Heetch ou de Djump, deux applications à succès.

Cette dernière, justement, vient de transmettre un communiqué pour annoncer la suspension temporaire de ses activités. « Malheureusement, l’acharnement dont nos conducteurs sont victimes ainsi que le climat de tension avec les taxis ne nous permettent plus de vous garantir une sécurité absolue », explique la jeune start-up. « Compte tenu des sanctions et actions qui ont pu être prises à l’encontre des conducteurs sur d’autres plateformes (saisies de véhicules, gardes à vue, agressions…), il n’est pas concevable pour nous de briser la confiance avec vous et vous laisser prendre des risques sur notre plateforme ».

Si vous ne connaissiez pas, Djump possède une armée de 3000 conducteurs sur 3 villes (Paris, Lyon, Bruxelles) ainsi que 200 000 utilisateurs. L’application s’est fait une réputation par son côté « déjanté » et son système de rémunération. En effet, la course possède un tarif minimum – et très compétitif – et libre à l’utilisateur de rajouter quelques euros si la course lui a paru très plaisante, ou au contraire de ne même pas payer si son trajet à été désagréable (mauvais comportement du chauffeur, par exemple). Mais si cette non-donation n’est pas justifiée, l’utilisateur peut se faire bannir. D’ailleurs, Djump reverse l’intégralité du prix de la course au chauffeur.