Qualcomm, le géant de l’électronique, possède bel et bien des faiblesses puisque, outre une année compliquée à gérer en terme de ventes et de revenus, il pourrait avoir à se séparer d’environ 10 % de ses effectifs.

Qualcomm-snapdragon-800-635

Les temps sont durs pour Qualcomm et le monde de la high-tech prouve une fois de plus que rien n’est définitivement acquis. Encore adulé l’an passé, le géant des semi-conducteurs fait face à quelques difficultés en 2015. Et on a comme l’impression que tout a commencé avec la mauvaise réputation du Snapdragon 810 et l’option prise par Samsung d’intégrer enfin un processeur maison sur ses Galaxy S6 internationaux. Forcément, avec le pouvoir de vente de Samsung, le choix a dû laisser des traces du côté de Qualcomm. La société défend d’ailleurs bec et ongles son processeur, mais le mal semble fait.

Quoi qu’il en soit, la firme américaine pourrait bien devoir dégraisser ses effectifs. La firme compte actuellement environ 30 000 salariés, mais elle pourrait se séparer de 10 % d’entre eux, comme le rapportent aujourd’hui les médias américains. C’est demain qu’on devrait en savoir plus sur les intentions de Qualcomm puisqu’il publiera ce jour-là ses résultats trimestriels. Le bénéfice net du concepteur avait baissé de 46 % lors du second trimestre fiscal 2014-2015, et on n’attend pas un rebond pour le troisième trimestre.

Dernièrement, on avait appris que Qualcomm faisait, en plus, l’objet de deux enquêtes de la Commission Européenne sur des soupçons d’abus de position dominante et de pratique de prix d’éviction.