Vertu, le constructeur de smartphones de luxe vendus plusieurs milliers d’euros, vient d’être racheté par une entreprise chinoise spécialisée dans la sécurité.

Vertu Signature Touch 3

Jusqu’à présent détenu par le fonds d’investissement suédois EQT, Vertu vient d’être racheté — à un prix inconnu — par un autre fonds d’investissement, chinois cette fois-ci, Godin Holdings. Si l’on en croit les recherches effectuées par Engadget, il s’agit d’une société basée à Hong Kong créée il y a tout juste quatre mois et qui travaillerait actuellement sur un OS basé sur Android intitulé GOS. Un système d’exploitation entièrement tourné vers la sécurité, comme Silent OS sur le BlackPhone, avec un accent mis sur la sécurité des données, l’impossibilité de rooter un appareil ou encore des protections sur le vol.

Godin Holdings n’a pas communiqué sur ses intentions. Il est toutefois très probable qu’au luxe des téléphones de la marque et aux services de conciergerie s’ajoute désormais la sécurité des données. Le nouveau propriétaire de Vertu a également indiqué que pour l’instant le QG restera en Angleterre, dans le Hampshire, tout comme l’usine qui produit les téléphones. Son PDG, Massimiliano Pogliani, abandonne son poste après trois ans passés à sa tête.

Un prix de vente moyen d’un téléphone : 7000 euros

Vertu est une marque peu connue du grand public qui existe depuis la fin des années 90. Créée par Nokia, son but a répondre aux exigences du marché de niches de personnes très riches, qui voulaient des téléphones composés de matériaux luxueux (or, pierres précieuses). La société a été revendue par Nokia en 2012 contre 200 millions d’euros. Durant ces trois dernières années, elle a tenté de faire face à la concurrence de l’iPhone, non seulement en revoyant les fiches techniques de ses téléphones à la hausse mais aussi en baissant le prix de ses appareils pour toucher un plus large public. Ainsi, si le prix de base de son dernier téléphone, le Signature Touch, est de 6500 livres, la société a vendu par le passé des téléphones dépassant les 200 000 livres.

Depuis le début de l’année, Vertu affirme ainsi avoir écoulé plus de 450 000 téléphones avec un prix de vente moyen de 5000 livres (environ 7039 euros). Comme beaucoup d’entreprises du luxe, les affaires tournent donc bien.