Parrot a lancé une levée de fonds pour récolter 299 millions d’euros, parallèlement à l’annonce de son nouveau Bebop Drone 2. Le but : solidifier la position de l’entreprise française sur le marché des drones particuliers, mais aussi professionnels. Un marché qui représente désormais la moitié du chiffre d’affaires de Parrot.

Parrot Bebop Drone 2

Parrot a débuté sur le marché des drones en 2010 avec l’AR Drone. Henri Seydoux nous a confié ce matin que le développement des drones avait débuté il y a désormais 9 ans. L’entreprise est alors passée d’un statut d »amateur dans le domaine à une véritable concurrente pour des entreprises de plus grande envergure. Désormais, Parrot réalise 57 % de son chiffre d’affaires (218 millions sur les neuf premiers mois de 2015) par l’intermédiaire des drones professionnels et particuliers. Ces derniers représentent 87 % de l’activité drone au 3e trimestre 2015. Pour augmenter encore plus la place de l’entreprise sur le marché des drones, Parrot vient d’annoncer une levée de fonds de 299 millions d’euros.

Le but est de renforcer aussi bien l’aspect grand public avec des drones comme le Bebop 2, mais également les trois principaux marchés professionnels que sont la cartographie, l’agriculture de précision et l’inspection / surveillance. La division Drones est déjà en forte croissance, de 60 % au 3e trimestre 2015 par rapport à la même période en 2015. Pour autant, Parrot souhaite placer la barre encore plus haut, comme l’attestent les nombreux postes d’ingénieurs dédiés aux drones que l’entreprise souhaite embaucher. Si l’on en croit Bpifrance (filiale de la Caisse des Dépôts et de l’État), la banque publique d’investissement a déjà mis 33 millions d’euros sur la table. Henri Seydoux, PDG de Parrot, investit quant à lui personnellement 90 millions d’euros pour conserver une participation de 34%. Le fonds chinois IDG et le fonds américain HG Vora vont également participer à la levée.

A lire sur le sujet : Test du Parrot Bebop Drone

Cette levée de fonds devrait permettre à Parrot de mieux concurrencer DJI, le numéro un mondial des drones, venu de Chine. Dans le domaine professionnel, Parrot devrait également mieux s’imposer, notamment à travers ses filiales Pix4D (pour la cartographie), Arinov et SenseFly pour l’agriculture.