Facebook se porte bien, très bien, même. La publication de ses derniers résultats financiers montre à la fois sa popularité croissante, n’en déplaise à ceux qui prophétisent la fin de ce réseau social vieillissant, mais aussi la vitalité de la publicité mobile.

facebook-1006474_1920

Facebook publiait hier ses résultats financiers pour le quatrième trimestre 2015, et pour l’ensemble de l’année qu’il vient de terminer. Sans trop de surprise, le réseau social affiche une très bonne santé financière, avec un bénéfice en hausse de 25 %, rien que ça, et une monétisation de l’activité de ses utilisateurs en hausse.

À lire : Et si Facebook devenait l'Internet ?

Les chiffres parlent d’eux-mêmes, puisqu’au dernier trimestre 2015 comme sur l’ensemble de l’année passée, Facebook affiche un bénéfice en nette hausse. Au dernier trimestre, il passe ainsi de 3,8 milliards de dollars en 2014 à 5,8 milliards en 2015, tandis que sur l’année, il a crû de 44 % pour passer de 12,5 à 17,93 milliards de dollars. Cette augmentation des revenus se traduit par des bénéfices eux aussi en croissance, quoique de manière un peu moins explosive : ils ont augmenté de 25 % entre 2014 et 2015, passant de 2,94 milliards de dollars à 3,7 milliards. Avec une véritable accélération à noter au dernier trimestre, puisque de 702 millions de dollars engrangés durant les trois derniers mois de 2014, Facebook est passé à 1,5 milliard de dollars de bénéfices au quatrième trimestre 2016.

Facebook, un service mobile

Comment expliquer ces bons résultats ? D’abord, par l’immense base d’utilisateurs de Facebook, qui recensait en décembre 2015 1,59 milliard d’utilisateurs actifs mensuels, contre 1,55 milliard fin septembre et moins de 1,4 milliard un an plus tôt (+ 14 %). Sur ces utilisateurs actifs mensuels, Facebook note que 1,44 milliard de personnes sont des utilisateurs mobiles, soit une augmentation de 21 % en un an. Le réseau social indique en outre que le mobile, dont la croissance est la plus notable, constituait 80 % de ses revenus publicitaires en décembre, contre 78 % en novembre et 69 % un an plus tôt.

Pour booster ces résultats en 2016, Facebook ne chômera pas. Entre un WhatsApp dépassant les 900 millions d’utilisateurs, mais qui vient de passer à un modèle gratuit, un Facebook Messenger à monétiser et l’Oculus Rift dont les précommandes ont été lancées, les chantiers sont nombreux pour le réseau de Mark Zuckerberg.