HTC, semble-t-il, mise tout sur la réalité virtuelle. Et espère bien que le domaine dans lequel il s’illustre via son Vive génèrera davantage de chiffre d’affaires que celui du smartphone, dans lequel il peine à sortir la tête de l’eau./chapo]

htc-vive-2

La question se pose depuis des mois : comment HTC fera-t-il pour redresser la barre de ses finances, dans le rouge depuis de longs trimestres ? Le pure player du mobile, depuis peu lancé dans le monde de la réalité virtuelle par le biais de son partenariat avec Valve, vient tout juste de sortir deux appareils situés chacun dans l’un de ces deux mondes. D’abord son nouveau smartphone « héros », le HTC 10 aux caractéristiques premium et au prix assez élevé, compte tenu de ses concurrents. Mais aussi son premier et excellent casque de réalité virtuelle, le Vive, que nous avons eu l’occasion de tester. Un appareil très convaincant bien sûr, mais aussi très onéreux, puisqu’il dépasse allègrement les 900 euros pour le cas français, frais de port inclus.

Cinq ans pour devenir un succès commercial

D’après le responsable de la section Vive chez HTC, nul doute que la réalité virtuelle sera porteuse de croissance pour la marque dans les prochaines années. Comme le rapporte Focus Taïwan, Wang Tsung-ching considère que la réalité virtuelle sera le prochain tournant de la technologie grand public, et qu’elle suivra le chemin du smartphone en son temps… qui avait mis cinq ans à prendre le pas sur le monde du PC. Et justement, en VR, HTC est très bien armé, puisque son Vive fait partie des appareils les mieux reçus.

On notera tout de même que même si les débuts du Vive sont encourageants, la question de la démocratisation des casques de réalité virtuelle reste entière. Quand HTC indique que les précommandes de son Vive ont dépassé les 15 000 unités dès son premier jour de disponibilité, certains, tels que Goldman Sachs, s’attendent à ce que le chiffre d’affaires généré par les ventes de casques de réalité virtuelle atteigne 110 milliards de dollars d’ici dix ans. Des chiffres à mettre en regard avec les 399 milliards de dollars générés par le monde du mobile en 2015… Pour lesquels HTC n’a en revanche que peu compté, avec notamment un chiffre d’affaires de moins de 600 millions d’euros au troisième trimestre 2015. Tout est question d’optimisme, sans doute.