L’une des annonces importantes de cette édition de l’IFA concernait un constructeur tout nouveau dans l’industrie du smartphone, mais pas inconnu dans la téléphonie. Gigaset a en effet présenté trois smartphones, et nous avons également eu l’occasion de parler un peu avec les représentants de la firme, qui veulent aborder un marché du mobile premium sans prétention, mais également sans complexes.

IMG_7398

Si vous demandez à un Allemand de plus de 30 ans s’il connait Gigaset, il est presque certain qu’il répondra « oui ». Si vous demandez à un français de plus de 30 ans s’il connait Gigaset, il se pourrait fort qu’il réponde non, alors qu’il y a des chances pour qu’il ait utilisé un jour un téléphone fixe de la marque. L’ancienne filiale de Siemens, connue sous le nom de Gigaset depuis le 1er octobre 2008 et son acquisition par Arques Industry, propose en fait des téléphones fixes depuis 1995 en France, avec la commercialisation du Gigaset 910 avec France Telecom. Absent au tournant de la téléphonie mobile, le constructeur a attendu l’été 2015 pour finalement offrir de premiers smartphones. Et c’est pour nous offrir des modèles assez impressionnants.

 

Un positionnement haut de gamme

Il n’y a qu’à regarder les fiches techniques des smartphones dévoilés par Gigaset, et de les prendre quelques instants en main, pour se rendre compte que le constructeur ne cherche pas forcément à toucher le très grand public en commençant par sortir des modèles à bas prix en tentant de faire de la marge. Non, un peu à la manière de OnePlus, Gigaset mise directement sur le haut de gamme afin de montrer à la fois son savoir-faire et ses ambitions, lui qui est issu d’un groupe roi de l’électronique. « L’approche de Gigaset est complètement dans le premium grâce d’abord à une grande expertise dans la téléphonie fixe », explique Sébastien Joumard, Président de Gigaset France. « Nous avons une réelle expertise dans la fabrication, la conception de produits, et notre positionnement naturel a toujours été haut de gamme. Que ce soit par le design ou les fonctionnalités, nous avons toujours eu une approche premium, et c’est ce que l’on veut maintenant transposer dans le domaine du smartphone ».

IMG_7367

C’est d’ailleurs assez clair, lorsqu’on demande si Gigaset compte sortir des mobiles d’entrée de gamme, il faut se contenter d’un « absolument pas ». La marque n’a d’ailleurs pas peur d’avoir un public restreint, avec des tarifs débutants à 349 euros pour son Me Pure, qui est le moins bien équipé de la gamme, et en étant pourtant inconnu du grand public. Il faudra attendre de voir la stratégie de communication et de marketing mise en place par Gigaset pour faire de premières prédictions sur son éventuel succès.

 

Un savoir-faire dans l’audio très utile

« Nous avons des smartphones très complets, très équilibrés, mais il n’y a pas une caractéristique technique au-dessus des autres », explique Sébastien Joumard. « Mais si je dois évoquer deux caractéristiques qui sortent du lot, c’est sûrement la partie audio et la partie photo ». L’homme a également insisté sur ce point lors de la prise en main du Gigaset Me Pro que nous avions réalisée précédemment. Il faut dire qu’avec un tel passif dans la téléphonie, la firme a eu le temps de développer des fonctionnalités et technologies audio certainement plus évoluées que celles de ses concurrents.

« Nous avons intégré à l’avant de l’appareil une plaque céramique qui optimise la conduction osseuse du son, de sorte que, quelle que soit la position de l’utilisateur lorsqu’il est en communication, le son passe parfaitement ». Dans les faits, cela permet théoriquement d’entendre parfaitement même si haut-parleur n’est pas situé au niveau de votre oreille. D’ailleurs, il n’y a pas de sortie haut-parleur en haut de la façade et c’est assez perturbant. Gigaset vante aussi les mérites de ses microphones qui permettent visiblement une réduction du bruit au-dessus de la norme.

20150904_125920

Concernant la partie photo, on est assez étonné de découvrir des fonctionnalités plutôt poussées, comme la prise de vue multiple permettant de sélectionner la mise au point idéale, alors que le constructeur débarque à peine dans le monde du smartphone. Il faudra confirmer les bonnes intentions lors du test des mobiles.

 

Une stratégie déjà bien définie

« Notre objectif, c’est de s’imposer dans l’esprit des gens comme une marque premium ». Effectivement, cela passe par l’intégration de composants haut de gamme, mais aussi par une conception particulière. Si beaucoup de nouvelles marques choisissent des designs assez communs, celui des Gigaset est bien plus original. Et la marque n’a en plus aucune difficulté à faire produire le produit puisque Gigaset possède de nombreux partenariats à travers le monde, et notamment en Chine, bien que la conception soit faite en Allemagne.

« En terme de cible, nous sommes plutôt sur de l’urbain actif 30-45 ans, même si l’on n’oublie pas qu’un Français sur quatre a un téléphone Gigaset à la maison », explique Sébastien Joumard. On n’en saura malheureusement pas plus sur les moyens de communication qui seront déployés pour faire la promotion des produits. Le constructeur semble avoir néanmoins une grande confiance dans son actuelle réputation au niveau de la téléphonie fixe. À voir si elle fonctionne encore. Quant à la commercialisation des mobiles, elle débutera « online en 2015, avec un e-shop gigaset qui va ouvrir cette semaine, et ensuite avec des partenaires que l’on aura sélectionnés » nous indique-t-on. « Dans un deuxième temps, on pourra trouver le mobile chez des partenaires physiques ainsi que chez des opérateurs, mais ce sera plutôt début 2016 ».

Gigaset Me Pro

Le PDG de la marque, lors de la présentation des produits, a tenu à balayer des interrogations trop rapides de la part des médias, en explique que « c’est un voyage que nous démarrons, et nous sommes plutôt confiants en l’avenir ». Gigaset sera en tout cas intéressant à observer sur ce marché du premium.