La justice de Floride accuse Apple et Motorola d’utiliser leurs brevets pour des raisons stratégiques et de trop faire appel à la justice au lieu de régler leurs différends à l’amiable. 

apple-v-motorola-420x270

Il est rare d’aller dans un tribunal est d’être accusé par celui-ci de la trop grande fréquence de vos visites. En tout cas, Apple et Motorola ont eu droit à cette réflexion de la part de la Cour du district de Floride. En effet, suite à l’abandon de plusieurs poursuites relatives à des brevets d’une part et d’autre (14 en tout), le juge en charge de régler la situation conflictuelle qui sévit entre les deux géant depuis un bon bout de temps (et surtout après le rachat de Motorola par Google en 2012), en a profité pour accuser les deux entreprises d’utiliser le système judiciaire comme “stratégie d’entreprise” (Business strategy) plutôt que comme un moyen de régler leurs différends.

Le juge avait déjà reporté de quatre mois le procès en cours entre les deux sociétés en raison de l’incapacité des parties à s’entendre sans avoir recours à la justice. Aujourd’hui, on leur reproche de trop solliciter le système judiciaire, et de se concentrer sur des brevets qui ont une valeur stratégique plutôt que pouvant produire des dommages importants. Apple met en jeu par exemple un brevet sur la gestion des appels manqués, tandis que Google, via Motorola, voulait bloquer les notifications push du iCloud en Allemagne, pendant toute une année.

Mais que révèle ce comportement de la part des deux entreprises ? Se sont-elles mises d’accord en amont pour éviter des pertes d’argent considérables (à l’instar de la guerre des brevets entre Apple et Samsung, qui met en jeu plusieurs centaines de millions de dollars) ? Eric Schmidt disait-il donc vrai lorsqu’il évoquait il y a quelques jours un apaisement des relations entre Apple et Motorola ? Que ce soit l’une ou l’autre des hypothèses, les deux mastodontes semblent vouloir se mettre en sécurité, au niveau financier à tout le moins.