La suspension de WhatsApp au Brésil n’aura duré qu’une douzaine d’heures. Un deuxième jugement a invalidé celui qui, en première instance, imposait au service une fermeture pendant une durée de 48 heures.

800px-WhatsApp_logo.svg

Il n’aura pas fallu plus d’une douzaine d’heures pour que WhatsApp reprenne du poil de la bête. Hier, l’application de messagerie instantanée de Facebook, qui permet également de passer des appels sur le réseau data, était épinglée par la justice brésilienne. Suite aux pressions des opérateurs locaux, qui reprochaient grosso modo à l’app de leur livrer une concurrence déloyale, et de mener à un abandon des cartes SIM secondaires dédiées aux appels, WhatsApp était condamné à une suspension de 48 heures dans le pays. La décision relevait également d’une sanction pour des faits plus anciens, puisque le Brésil reprochait à l’app de ne pas avoir livré des informations concernant des affaires criminelles impliquant une communication par ses services.

Comme le rapporte aujourd’hui Reuters, cette suspension n’aura en réalité duré que quelques heures. L’équipe de Facebook, dont l’équipe juridique est sans nul doute particulièrement pointue, a fait appel de la décision. « Je suis abasourdi de constater que nos efforts pour protéger les données personnelles aient pour conséquence une décision aussi extrême, un seul juge punissant toute personne utilisant WhatsApp au Brésil », avait commenté Mark Zuckerberg peu après la décision. Décision brisée en appel par la cour de Sao Paulo qui, d’après Reuters, recommande tout de même d’imposer une amende plus conséquente à WhatsApp, pour sa mauvaise volonté à collaborer avec les autorités brésiliennes.

Une suspension effective d’une douzaine d’heures vraisemblablement onéreuse pour WhatsApp, qui compte environ 93 millions d’utilisateurs dans le pays (900 millions dans le monde), mais qui aura au moins fait les affaires de son concurrent. Telegram, peu après la suspension du service, annonçait avoir accueilli 1,5 million nouveaux abonnés, avant d’indiquer avoir dépassé les 5 millions de nouveaux venus.