L’opérateur historique américain AT&T aurait espionné les Américains depuis 1987. Pire, ses différentes activités d’espionnage étaient apparemment menées dans la recherche du profit et non forcé par le gouvernement américain.

49246564-cached

AT&T est un des opérateurs majeurs aux États-Unis. Il est l’ancien opérateur historique, opérant à la fois dans le domaine mobile ainsi que comme fournisseur d’accès à Internet. 1 er opérateur américain dans le fixe et 2nd dans le mobile, il a ainsi des dizaines de millions d’abonnés. Il aurait ainsi profité de sa situation pour espionner, depuis presque 30 ans ses clients, pour le compte des renseignements américains. Une information déjà connue depuis l’affaire des révélations d’Edward Snowden.

 

Un opérateur proactif dans l’espionnage

Mais aujourd’hui, de nouveaux documents dévoilent que ces opérations auraient été menées à l’initiative de l’opérateur. L’opérateur aurait ainsi développé un produit à commercialiser auprès des agences gouvernementales, permettant une surveillance sans mandat, sans aucun contrôle juridique. Ce produit, nommé Project Hemisphere n’aurait ainsi pas été crée en réaction à une demande du gouvernement américain.

 

« Souriez, vous êtes espionnés »

En 2013, le New York Times avait révélé le Project Hemispheregrâce aux documents transmis par Snowden. Détaillé dans une présentation de la DEA (l’agence de lutte anti stupéfiant aux États-Unis), le Project Hemisphere était décrit comme un partenariat entre le gouvernement fédéral des États-Unis. Le Département de la Justice ajoutait que c’était une pièce centrale dans la lutte contre les réseaux de trafiquants de drogue. L’agence avait ainsi accès sans aucun mandat ou quelconque contrôle d’un juge aux bases de données de l’opérateur couvrant des décennies d’appels, rendant les données enregistrées par la NSA presque insignifiante dans ce domaine.

Les révélations faites par The Daily Beast vont encore plus loin. Les documents obtenus par le site montrent que ces collaborations avec une agence fédérale n’étaient pas limitées à la DEA. Le Project Hemisphere était ainsi utilisé pour toutes sortes d’affaires, allant du meurtre au soupçon de fraude à la sécurité sociale.

 

Project Hemisphere : vendre des forfaits aux utilisateurs et les espionner ensuite

Ce que les documents de The Daily Beast révèlent aussi, c’est que ces « collaborations » (sic), ne se seraient pas exactement faites sous la contrainte. Au contraire même. Ainsi, le Project Hemisphere était apparemment un vrai produit, comme les forfaits de l’opérateur. Un logiciel comme un autre donc, développé et marketé, par AT&T, à la différence que celui-ci était financé par les agences publiques auquel l’opérateur vendait sa solution. Une véritable manne financière annexe aux services fournis dans le même temps à ses clients.

Selon ces documents, le Project Hemisphere n’est donc pas une réponse à une demande du gouvernement américain. C’est l’opérateur qui à pris les devants en développant une solution qu’il souhaitait rentabiliser via l’espionnage massif que lui permet sa position historique dans le marché américain.

 

Un timing intéressant

Ces révélations concernant l’espionnage mené par AT&T interviennent à un moment crucial pour l’opérateur. En effet, celui-ci vient justement d’annoncer il y a quelques jours qu’il comptait fusionner avec Time Warner. De fait, si celle-ci était effective, AT&T serait le propriétaire du studio de cinéma Warner Bros, mais également de chaînes de TV telles que CNN, HBO, ou encore CW. Enfin, il deviendrait également propriétaire de DC Comics, la célèbre maison d’édition de Superman, Batman ou Wonder-Woman.

Comme le relèvent nos confrères du site L’Express, ces différents projets de fusion pourraient se révéler dangereux pour le consommateur, puisqu’ils « visent entre autres à renforcer l’accès à des données pouvant permettre de cibler de la publicité ou des contenus« . Il reste donc à voir l’effet que de telles révélations pourront avoir sur ce projet de fusion des deux géants.