Les LG G4, G5, V10, V20 et Nexus 5X sont tous mis en cause dans une class action en Californie. Les utilisateurs à l’origine de ce recours dénoncent des dysfonctionnements répétitifs sur leurs appareils et l’absence de solutions de la part du fabricant.

Il y a quelques semaines, le site Ars Technica relayé le fait qu’un bon nombre d’utilisateurs mécontents avait lancé une class action à l’encontre de LG. Ces derniers sont propriétaires de LG G4 et de LG V10 et se plaignent de bootloops incessants sur leurs appareils « rendant les téléphones inutilisables et inadéquats avec le moindre usage ».

Le recours collectif a été réalisé auprès d’un tribunal fédéral de Californie et faisait suite à des milliers de plaintes sur Twitter, Reddit et YouTube. Régulièrement, les utilisateurs reprochaient également à LG de ne pas réussir à solutionner le problème. L’un des plaignants raconte ainsi que l’entreprise a changé son LG G4 à deux reprises, mais même le troisième smartphone n’arrête pas de se bloquer. 

Tous les flagships des deux dernières années

Or, la class action semble avoir rencontré un certain succès. En effet, toujours selon Ars Technica, le document de plainte a été revu (PDF) pour dénoncer également des problèmes similaires sur les LG G5LG V20 et Nexus 5X (fabriqués par le même constructeur). Autrement dit, tous les smartphones haut de gamme de LG sortis en 2015 et 2016 sont concernés par ce recours en justice. 

Problèmes de fabrication

Par ailleurs, les plaignants pointent aussi du doigt des soucis de fabrication et mentionnent des processeurs mal soudés sur la carte mère devenant, par conséquent, inaptes à supporter la chaleur. Au début, les smartphones commencent à se bloquer ou à souffrir de ralentissements, ils surchauffent et se redémarrent aléatoirement. À terme, ils tombent en panne. 

LG a jusqu’au 8 mai pour se présenter au tribunal afin de répondre aux accusations.