La Commission européenne a reçu plusieurs plaintes de la part d’entreprises basées sur le continent accusant les grands groupes américains d’abus de position dominante. Elle travaille sur un projet de loi pour y remédier.

Diverses entreprises européennes de la technologie et du numérique sont allées se plaindre auprès de la Commission européenne. Elles accusent les grandes firmes américaines telles que Google, Apple ou Facebook — pour ne citer qu’eux — de mener des pratiques anticoncurrentielles.

C’est pourquoi, comme le relaye Reuters, l’Union européenne a commencé à travailler sur un projet de loi qui pourrait apporter une solution à ce problème. Notons que parmi les plaignants, on trouve, entre autres, le français Deezer, le suédois Spotify ou encore l’allemand Rocket Internet. Ces derniers estiment que les géants américains abusent de leurs positions dominantes pour empêcher toutes concurrences de la part des firmes du Vieux Continent.

Pratiques déloyales

Elles se serviraient ainsi de leurs plateformes respectives (moteur de recherche, app stores…etc) pour promouvoir leurs services au détriment des solutions alternatives. À titre d’exemple, Spotify a signalé l’année dernière qu’Apple aurait délibérément rejeté une version mise à jour de son application mobile, car elle concurrençait Apple Music. En outre, les grandes firmes américaines sont également suspectées de retirer des produits et services de leurs plateformes sans prévenir, de limiter leur accès et de manquer de transparence dans leurs résultats de recherche.

Ainsi, sans donner plus détails pour l’instant, la Commission européenne cherche une solution pour garantir une concurrence loyale et d’établir un système pour résoudre ces contentieux aussi rapidement que possible. Les compagnies américaines ne sont évidemment pas ravies de cette nouvelle et EDiMA, l’association représentant les grands services en ligne tels qu’Amazon, Google, Facebook et Apple, s’est dite « déçue et stupéfaite ».

Des accusations récurrentes

Par ailleurs, les relations entre l’Union européenne et les grandes firmes de la Tech américaines ont régulièrement été ponctuées par ce genre d’affaires. Google notamment a déjà été accusé d’abuser de sa position dominante et la firme de Mountain View n’avait évidemment pas tardé à répliquer.