Alors qu’il est déjà sous le coup d’une amende de 2,42 milliards d’euros, Google pourrait subir une nouvelle contravention encore plus élevée de la part de l’Union européenne. La firme Mountain View est accusée de mener des pratiques anticoncurrentielles sur son OS Android.

Le QG de Google à Mountain View.

Entre Google et l’Union européenne, l’ambiance est tendue. Très récemment, le premier s’est vu infliger une amende record de 2,42 milliards d’euros par la seconde. La firme de Mountain View est en effet accusé d’abuser de sa position dominante pour mettre en avant sa plateforme Google Shopping au détriment de la concurrence.

Or, ce n’est pas la seule bataille juridique que se livrent les deux parties. Depuis l’année dernière, la Commission européenne accuse également Google d’avoir mené, depuis 2011, des pratiques anticoncurrentielles sur son écosystème mobile Android. Le géant du web aurait délibérément imposé des limitations aux fabricants de smartphones et aux opérateurs téléphoniques.

La Commission en était arrivée à une première conclusion estimant que Google était coupable et, depuis, nous sommes dans l’attente d’une conclusion définitive. Entretemps, la firme américaine avait fait valoir son droit de réponse en réfutant point par point les accusations de l’UE.

Une amende encore plus élevée

La riposte de Google ne semble néanmoins pas avoir suffi à convaincre. En effet, d’après des sources de l’agence Reuters, les régulateurs européens veillant au respect de la concurrence sont en train d’envisager de condamner Google à une autre amende record, encore plus élevée que celle de 2,42 milliards d’euros mentionnée plus haut.

Si ces estimations s’avèrent exactes, Google devrait faire débourser un total minimum de 4,84 milliards d’euros. Et même si la firme de Mountain View brasse énormément d’argent chaque année, la note risque d’être salée.

Deuxième enquête

Précisons qu’actuellement, un panel d’experts est en train de mener l’enquête pour savoir si Google mène bel et bien des pratiques anticoncurrentielles sur Android. Si ce groupe arrive aux mêmes conclusions que la première équipe d’enquête, une amende pourrait tomber avant la fin de l’année.

À lire sur FrAndroid : Abus de position dominante : Google répond à la Commission européenne