La Commission européenne avait condamné Google à plus de 2 milliards d’euros d’amende pour avoir mené des pratiques anticoncurrentielles. Comme prévu, le géant du web a décidé de faire appel.

En juin dernier, on apprenait que la Commission européenne condamnait Google à payer une amende record de 2,42 milliards d’euros pour abus de position dominante. La filiale d’Alphabet était en effet accusé de favoriser Google Shopping, son comparateur de prix, en le mettant plus en avant sur son moteur de recherche par rapport à tous les autres concurrents du service.

Face à la lourde sanction, Google s’était dit « respectueusement en désaccord » avec cette décision et n’avait pas caché son intention de la contester. C’est désormais chose faite. D’après Reuters, la firme de Mountain View a fait appel lundi 11 septembre et a notamment été rassérénée par la partielle victoire d’Intel face à la Commission dans une affaire similaire.

Plusieurs années pour décider

L’appel de Google doit désormais être traité par la Cour de justice basée au Luxembourg et cela risque de prendre plusieurs années. Le géant du web fait aussi face au lobby FairSearch, qui regroupe des acteurs concurrents tels que TripAdvisor ou Foundem.

L’avocat de FairSearch assure — sans surprise — que la première décision de la Commission européenne était justifiée, car elle reposait « sur un socle solide à la fois légal et factuel, et nous nous attendons à ce que la Commission gagne en appel ».

Double condamnation

N’oublions pas non plus que Google risque une autre condamnation très lourde, toujours face à la Commission européenne qui l’accuse de mener des pratiques anticoncurrentielles — encore et toujours —, mais sur son système d’exploitation Android cette fois-ci.