Google qui vient de fêter ses 15 ans fait l’actualité de la presse française pour autre chose. En effet, la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL) avait lancé un avertissement en juin à Google afin de se mettre en conformité par rapport aux lois françaises concernant la protection des données personnelles. Google a décidé de ne pas réagir à ses menaces. La France va donc lancer une procédure « formelle de sanction »  envers Google. 

5375315-cnil-la-sanction-contre-google-pourrait-atteindre-300-000-euros

 

Isabelle Falque-Pierrotin, présidente de la CNIL

D’après la CNIL, Google a violé de nombreuses règles (la loi de 1978 sur la protection des données personnelles) concernant la collecte et l’utilisation des données personnelles, avec une « collecte déloyale » ainsi sur la durée de conversation de ces données. Google assure, de son côté, être en conformité avec la législation européenne. Pour rappel, la procédure a démarré en octobre avec une démarche conjointe du G29, il s’agit de l’ensemble des CNIL européennes. Cette procédure fait suite aux changements de la politique de confidentialité de Google, en mars 2012.

Qu’est-ce que Google peut se voir infliger ?

Cela dépend des Etats. En France, à peine 300 000 euros, tandis que la facture pourrait être de 1 millions d’euros en Espagne. Comme vous vous en doutez, cela représente peu d’argent pour Google. Néanmoins, les conséquences pourraient venir d’autres pays. La FTC (Federal Trade Commission) américaine suit de très près le dossier, ainsi que les autorités canadiennes, australiennes et hongkongaises.

Les données personnelles sont le pétrole du XXIe siècle

Les données personnelles sont le pétrole du XXIe siècle, les défenseurs de libertés individuelles et l’Union européenne (UE) veulent donc réguler l’exploitation de ces données.

Même si la collecte de données doit avoir un impact direct sur les services, avec de l’information personnalisée et contextuelle. Il faut tout de même être conscient que les entreprises chercheront à mettre davantage en commun les données personnelles pour nous cerner et cibler leurs publicités notamment.

Pensez-vous que le combat des autorités est perdu d’avance ?