Facebook a donc décidé de mettre en avant son application Messenger. Et pour ce faire, le réseau social va bientôt désactiver la fonction d’envoi de messages privés au sein  de son application Facebook et forcer ses utilisateurs à télécharger son application Messenger à la place.

facebook-like-and-dislike-650x0

Autrement dit, pour profiter pleinement de toutes les fonctionnalités de Facebook, il faudra obligatoirement posséder deux applications sur son téléphone. La première, Facebook, pour consulter son fil d’actualité et la seconde, Facebook Messenger, pour envoyer des messages privés ou discuter avec des amis. Et pour forcer la main à ses utilisateurs, l’actuelle fonction d’envoi de message de l’application Facebook – qui existera toujours sous la forme de bouton – va directement envoyer l’utilisateur sur l’application Messenger. Classe.

Dès aujourd’hui, les utilisateurs français de l’application Facebook vont recevoir des notifications pour les informer de la disparition de la fonctionnalité d’envoi de messages privés et de l’obligation de télécharger Facebook Messenger. Le passage obligatoire par Messenger sera par ailleurs effectif d’ici deux semaines selon Facebook. Elle concernera uniquement les propriétaires d’un smartphone tourant sous Android et iOS, et pas Windows Phone.

Facebook justifie l’obligation de posséder deux applications par la volonté d’améliorer l’expérience utilisateur. Dans une interview accordée au site ZDNet.fr, Peter Martinazzi, un chef produit de Facebook explique : « On s’est rendu compte qu’en moyenne, les utilisateurs de l’application Messenger répondaient 20 % plus rapidement aux messages de leurs amis. Les gens qui testent Messenger l’adoptent rapidement. Beaucoup de gens utilisent la messagerie de Facebook et on veut faire en sorte qu’ils aient la meilleure expérience utilisateur possible. »

Si la France et quelques pays européens ont la « chance » de passer en premier à Messenger, cette mesure devrait s’appliquer aux autres pays du monde assez rapidement. Facebook compte toutefois mettre en place quelques exceptions, notamment pour les téléphones Android très anciens ou dotés de peu de mémoire vive, qui n’auront pas à télécharger Messenger. La fonction de messagerie restera également (mais pour combien de temps ?) au sein l’application Paper récemment lancée par Facebook aux États-Unis. Un geste pour le moins étrange quand on sait que Facebook Messenger possède désormais 80 % des fonctionnalités de WhatsApp, récemment racheté par la société de Zuckerberg pour 16 milliards de dollars.