L’application Slingshot réalisée par Facebook, et qui doit venir concurrencer Snapchat en permettant elle aussi l’envoi de photos et vidéos éphémères, vient d’être lancée. C’est cette fois officiel, après une brève mise en ligne de l’application il y a quelques jours.

Capture d’écran 2014-06-18 à 10.45.04

La guerre des clones

Voilà, Mark Zuckerberg va enfin pouvoir jubiler. Son application Slingshot, empruntée à son modèle Snapchat, est enfin arrivée sur les marchés d’applications d’iOS et Android aux États-Unis. Le développement de Slingshot ne semble être rien d’autre qu’un gros caprice, pour celui qui n’a pas réussi à mettre la main sur Snapchat en sortant simplement son chéquier. Son application va donc tenter de concurrencer un Snapchat en pleine bourre, et qui compte déjà plus de 50 millions d’utilisateurs.

Slingshot reprendra donc les mêmes fonctionnalités que Snapchat, en y ajoutant simplement une variante. Les utilisateurs pourront envoyer et recevoir des photos et vidéos, qui une fois consultées, s’effaceront de l’historique – mais pas des serveurs – de ceux-ci. Mais pour pouvoir consulter une photographie reçue, il faudra d’abord en avoir renvoyé une. L’idée est d’ailleurs un peu farfelue puisqu’elle ne favorisera pas les conversations, et la continuité ne sera pas de mise. Il ne serait d’ailleurs pas étonnant que cette fonctionnalité soit vite mise de côté pour revenir à quelque chose de plus basique.

Slingshot

Un écosystème qui s’ouvre

Comme nous l’expliquions la semaine dernière, l’écosystème Facebook semble ne plus vouloir se cantonner à l’application mère. La firme tente tant bien que mal de continuer à fidéliser les utilisateurs, alors qu’on s’accorde à dire que le réseau social bleu est en perte de vitesse, du moins auprès des plus jeunes. Slingshot n’est d’ailleurs pas la première application maison de Zuckerberg. Si Paper, bien qu’étant assez limitée, avait séduit par son ergonomie et son design, rien ne garantit qu’un Slingshot peu inspiré réussisse à faire son trou dans ce domaine qui, tout comme son contenu, n’est pas à l’abri d’être éphémère. Un peu comme un coup de cœur d’adolescent.