Et si partager les petits et grands événements de votre quotidien ne suffisait plus à Facebook ? Le réseau social, qui montre force imagination pour intercaler des publicités dans ses colonnes, teste actuellement une nouveauté qui pourrait changer de beaucoup son fonctionnement : un bouton acheter.

Facebook Buy

Une nouvelle fonctionnalité valable sur mobiles (ici, un iPhone, mais aussi sur Android) comme sur desktop.

Vous voyez actuellement des publicités ciblées affichées dans votre timeline, mêlées aux posts de vos contacts. Facebook semble intéressé à l’idée d’ajouter à ces publications en soi contestables la possibilité d’acheter des articles sans quitter le réseau social. Un bouton « Buy » (acheter) est actuellement en cours de test aux Etats-Unis, et ne concerne que quelques e-commerçants locaux. Il suffit d’un clic sur le nouveau bouton pour ouvrir une fenêtre pop-up, laquelle propose une confirmation de paiement ainsi que le renseignement de l’adresse de livraison.

La question qui se pose, vous vous en doutez, est évidemment celle de la confidentialité de données. Car au lieu d’être redirigé vers la boutique du marchand, vous resterez lors de l’achat sur le réseau social. C’est donc lui qui se chargera de récolter vos données bancaires, notamment. Facebook indique à ce titre que « aucune information liée à la carte de crédit ou de débit que les utilisateurs partagent avec Facebook en complétant une transaction ne sera partagée avec d’autres publicitaires« . Il n’est pas question pour Facebook, en soi, de les oublier totalement, et l’on voit ici se dessiner des ambitions liées à l’e-commerce, bien que tout cela reste flou.

Quoi qu’il en soit, entre la possibilité d’obtenir des commissions sur les transactions réalisées, peut-être celle d’encourager l’achat par des offres exclusives, Facebook met un orteil dans le monde de la vente en ligne. Un moyen d’accroître ses revenus à l’heure où l’on dit le réseau social en légère perte de vitesse, et où Mark Zuckerberg multiplie les investissements dans des domaines divers (WhatsApp, Oculus VR) afin de trouver de nouvelles formes de monétisation. Facebook ne devrait d’ailleurs pas être seul sur les rangs. Cette semaine, une nouveauté du même ordre apparaissait sur Twitter, le plus gros challenger de Facebook. Il faudra donc de l’imagination et de la rapidité au réseau social pour se démarquer.