Chaque année, Facebook organise sa conférence F8, principalement destinée aux développeurs. C’est aussi l’occasion de découvrir la feuille de route de Facebook pour les mois à venir, ainsi que les projets à long terme de la firme. Cette année, c’est Messenger qui était à l’honneur.

Facebook Announces New Android Product

 

Facebook Messenger

Si l’application mobile Facebook fait grincer les dents de nombre d’utilisateurs, ce n’est pas forcément le cas de Facebook Messenger. Même si l’application est gourmande, et demande à peu près toutes les autorisations qu’on peut trouver, ils sont nombreux à l’utiliser comme messagerie instantanée principale. Ainsi, Mark Zuckerberg et ses ouailles comptent enrichir Messenger d’une plateforme d’applications dédiées (40 applications) qui permettront d’échanger encore plus d’informations et de contenus entre utilisateurs.

1-platform-apps

Ce contenu pourra être de type personnel (GIFs, vidéos, sons…) ou orienté business avec des liens commerciaux. À ce propos, un outil nommé Businesses on Messenger s’adresse particulièrement aux e-commerçants, et il sera possible – un jour – de confirmer des commandes directement depuis Messenger, un peu comme Google veut le proposer sur son Gmail. Sauf qu’ici, l’interaction est directe avec le commerçant, comme avec un ami.

messenger_business-2

L’importance de la vidéo

Facebook a profité de la conférence pour faire un point sur la vidéo. Ces très embêtantes vidéos qui se lancent automatiquement dans nos fils d’actualité vont se doter d’un nouvel outil qui permettra de partager et intégrer directement ces contenus sur des sites web. Evidemment, cela dépendra du fait que la vidéo est publique, ou destiné à certains contacts seulement. Nulle crainte alors qu’une de vos vidéos ne finisse sur le Huffington Post, partenaire de Facebook sur la fonctionnalité.

Ici aussi, il semble s’agir pour Facebook de vouloir, à long terme, concurrencer Google et Youtube. D’ailleurs, Facebook a annoncé que les vidéos à 360 degrés seront bientôt intégrables à la plateforme.

 

Facebook, Parse et l’Internet des Objets

Il y a maintenant deux ans, Facebook faisait main basse sur Parse, une startup un peu nébuleuse dédiée à la création d’applications mobiles s’appuyant sur le cloud. L’idée était alors de faciliter aux développeurs la création et la monétisation d’applications mobiles, secteur d’activité que Facebook souhaite aujourd’hui étendre. La firme de Mark Zuckerberg compte aller un peu plus loin avec le fameux IoT, l’Internet des Objets. Elle a ainsi l’ambition de fournir au développeurs les outils leur permettant de créer des applications pour objets connectés utilisant le cloud, « des outils pour ouvrir la porte du garage à des détecteurs de fumée ou à des bracelets connectés ». Un SDK est d’ailleurs disponible sur GitHub et les informations relatives à son fonctionnement sont disponibles à cette adresse.

 

Les drones et l’internet global

Dans sa volonté de connecter tout le monde à Internet – et par la même occasion à son réseau social – Facebook travaille sur les drones. Et il a même effectué un premier essai avec un drone nommé « Aquila », possédant l’envergure d’un Boeing 737, et bardé de cellules photovoltaïques. En survolant des contrées privées d’Internet, Aquila pourrait apporter une connexion tout en restant en vol à 18 000 mètres d’altitude pendant une longue période (plusieurs mois) puisque l’autonomie serait en grande partie assurée par les rayons du soleil.

1622765_10101993038596471_3488963240604746636_n

Et la réalité virtuelle alors ?

C’est pour cette année, ou pas ? Le doute plane, alors que Mike Schroepfer, directeur technique de Facebook, s’est exprimé hier à propos de réalité virtuelle. « Vous allez pouvoir jouer à d’incroyables jeux en réalité virtuelle plus tard cette année » a-t-il indiqué, avant d’expliquer sur Twitter qu’il parlait des possibilités offertes par les ordinateurs. Pas clair, mais loin d’être précis. Et la sortie dans l’année du HTC Vive ne semble pas vouloir faire hâter le pas à Oculus.