Brendan Eich, vous le connaissez ? Il s’agit du créateur de JavaScript et l’un des co-fondateurs de Mozilla, l’organisation derrière le navigateur Firefox. Il a une bonne expérience du Web, et il vient de dévoiler Brave.

La méthode Brendan Eich

La méthode Brendan Eich

Voilà une histoire à l’américaine, avec de la politique, un peu de religion, des larmes et un retour fracassant. En 2014, après avoir été nommé directeur général de la Fondation Mozilla, Brendan Eich se retrouve au milieu d’une tempête. Il soutient publiquement une initiative de vote en Californie, le sorte de Mariage pour tous, sauf qu’il défend le mariage uniquement entre un homme et une femme.

Brendan Eich

Brendan Eich

Ce soutien l’amène à démissionner face aux nombreuses critiques et à l’appel au boycott général de Firefox.

Quelques mois après cet “accident”, il est de retour.

Son nouveau produit se nomme Brave, un navigateur qui vise à réparer un problème avec l’Internet d’aujourd’hui – la publicité. Selon lui, la publicité est malade. Elle est intrusive, avec de trop nombreux cookies au chocolat et des pixels de tracking partout, ce qui a tendance à ralentir le Web et, par conséquent, les utilisateurs sont de plus en plus à se tourner vers le blocage des publicités – avec les AdBlocks.

La solution de Eich : un nouveau navigateur web qui bloque toutes les publicités par défaut – et puis les remplace par de nouvelles (spoil, elles sont moins intrusives).

La méthode est radicale, et il nous montre son efficacité à travers une vidéo de démonstration – rien que pour nous prouver que le Web va plus vite avec sa solution. En plus de ré-insérer de nouvelles publicités, Brave introduit un nouvelle modèle. Le navigateur permettra aux utilisateurs de faire automatiquement des micro-paiements aux éditeurs qu’ils soutiennent. Brave bloquera alors toutes les publicités sur les médias soutenus.

Lien Youtube
Chaine Youtube FrAndroid

La proposition est intéressante, elle offre aux visiteurs une meilleure expérience, et aux éditeurs, un moyen de gagner de l’argent (et donc de survivre). Néanmoins, cela reste sacrément ambitieux – surtout avec la part de marché de Chrome aujourd’hui.

Brave sera disponible sur toutes les plates-formes – Windows, OS X, Linux, Android et iOS – avec un lancement public prévu plus tard cette année. Le navigateur est basé sur Chromium, le logiciel open-source derrière Chrome de Google. D’ailleurs, Brave sera également open-source. Son fondateur vient de lever environ 2,5 millions d’euros pour soutenir le lancement de sa nouvelle solution. Il espère 7 millions d’utilisateurs pour rendre sa solution viable.

Les questions soulevées par cette solution sont nombreuses. Comment garantir des revenus suffisants pour les éditeurs ? Quelle régie derrière les publicités re-insérées ? Google ? Quels formats ? Comment les médias vont souscrire à la formule d’abonnements ? Ce ne sont que quelques questions, ce qui prouve que le modèle reste complexe et ambitieux. Sans oublier que Brendan Eich est encore détesté par de nombreux Internautes suite à sa position “politique”. Une fois de plus, la politique et les affaires ne font pas bon ménage…

Vous pouvez demander un accès à la beta-test sur le site officiel.