Deux jours avant son « GROS » événement et une semaine avant la conférence Google I/O, Microsoft vient de dévoiler avec hâte une tablette nommée Microsoft Surface. Bien plus petite que la Surface que l’on connaissait, cette tablette possède un écran de 10,6 pouces, son look est assez réussi – elle est en magnésium (avec une couche d’oxyde imperméable) avec des bords biseautés qui donne un aspect lisse à la tablette. Avec ses 676 grammes, on est loin des deux premières Microsoft Surface avec leurs écrans de 30 pouces (vidéoprojecteur DLP) et leurs 36 kilogrammes (annoncé en 2007).

Les rumeurs se sont donc avérées vraies, Microsoft préparait bien une tablette. La seule surprise vient donc du fait qu’ils aient utilisé la marque « Surface » et non « Xbox » ou « Nook » comme les rumeurs l’annonçaient. Alors, quelle est la stratégie de Microsoft derrière la Microsoft Surface ?

Avant de rentrer dans les détails, voici les deux modèles annoncés par Microsoft : un modèle orienté « grand public » équipé d’une architecture ARM et donc de Windows RT (quasi-essentiellement de l’interface Metro, Internet Explorer et Office exceptés) et Windows 8 Pro pour les professionnels, avec des caractéristiques gonflées et une architecture x86 (Intel). Plus de détails sur LesArdoises.com.

  • Windows RT (ARM) : 10,6 pouces ClearType écran HD ; 32 Go ou 64 Go de stockage ; microSD, USB 2.0 et ports Micro Vidéo HD; antennes MIMO 2×2, et Office 15. Un poids de 676 grammes et 9,3 mm d’épaisseur.
  • Windows 8 Pro (x86) : 10,6 pouces ClearType écran Full-HD ; 64 Go ou 128 Go de stockage ; microSDXC, USB 3.0, ports Mini DisplayPort et antennes MIMO 2×2. Un poids de 903 grammes et 13,5 mm d’épaisseur.
La version Windows RT (ARM) ne pourra faire tourner que les applications dédiées à l’interface Metro (excepté Office, jusqu’à la sortie d’Office ARM), tandis que la version Windows 8 Pro est destinée à faire tourner des applications « métiers » professionnelles.

« un coup de ruse de Microsoft »

Comme vous pouvez le constater, nous savons peu de choses sur ces tablettes. Prix, disponibilité, applications, contenu ? A part la présence de Netflix et Office, nous n’avons que quelques caractéristiques ainsi que des photos. Mis à part la marque Surface et un design industriel original, j’ai du mal à percevoir la différence avec les tablettes Android ou encore l’iPad. A vrai dire, cette Microsoft Surface est sûrement un coup de ruse de Microsoft, pour améliorer son image de marque et donner un support de référence à tous les acteurs du marché.

« (…) nous attendons avec impatience notre Nexus Tablet »

Est-ce que vous avez tilté comme moi sur le fait que cette Microsoft Surface est présentée une semaine avant la conférence Google I/O ? Alors que nous attendons avec impatience notre Nexus Tablet, Microsoft dévoile sa tablette dans une conférence organisée avec empressement où ils n’ont pu inviter que la presse américaine.

iPod ? 🙂

Cette tablette, soyons clairs, est une nouvelle étape dans la stratégie mobile de Microsoft. Voici quelques bribes de réflexion qui nous permettront de comprendre et d’analyser la stratégie de Microsoft avec cette nouvelle ardoise.

  • Comme les Nexus de Google, Microsoft devrait se servir de la Surface pour promouvoir son nouveau système Windows 8
  • Comme les Nexus de Google, Microsoft va également pouvoir donner un « socle » de référence aux développeurs et constructeurs Windows 8
  • Microsoft pourrait également opter pour une stratégie de distribution proche de la Xbox 360, une très faible marge pour gagner rapidement des parts de marché. Microsoft avait, en effet, vendu sa console Xbox à perte pendant plusieurs mois.
  • Microsoft a également signé un partenariat qui a abouti à la création d’une joint-venture avec le libraire Barnes & Noble, ce dernier pourrait donc rapidement distribuer la Microsoft Surface en Amérique tout en apportant du contenu (livres, vidéos, musique, applications, etc.)
  • Les constructeurs (OEM) sont peut être réticents à l’idée de lancer une tablette Windows 8, Microsoft pourrait donc donner une impulsion au marché « Windows 8 » grâce à la Surface
  • L’annonce de la Surface sera suivie d’une conférence dédiée à Windows 8 dans très peu de temps, puis une autre annonce peu après à propos de Windows Phone. Microsoft devrait donc prouver qu’ils est un géant du logiciel, et sûrement annoncer de nombreuses nouveautés orientées « cloud », mettant en relation les différents produits.

Le marché des tablettes a été créé par Apple (à leur initiative) et ce marché a été façonné avec des limites. La plupart des utilisateurs iPad se disent sûrement « Si Apple n’a pas mis de port USB, nous n’en avons clairement pas besoin », mais à chaque nouvelle annonce d’iPad, les technophiles espèrent de la compatibilité avec de l’USB ou au moins une carte microSD. Et chaque fois les gens concluent, « Eh bien, nous n’en avons de toute façon pas besoin. ». L’objectif d’Apple a donc été de travailler avec ses limites. Votre PC ou votre Mac n’est donc pas tout à fait inutile, puisque tous vos périphériques ont encore besoin de se brancher dessus, même votre Android (et votre iPhone également). Maintenant, ce n’est pas dit que votre PC soit encore utile dans les prochains mois… nous avions vu les tablettes Asus Tranformer avec leur clavier complet et leurs ports USB, Microsoft arrive avec un système complet et une tablette qui intègre un port USB, un port de type « MagSafe » ainsi qu’un lecteur de cartes. Bien sûr, un jour tout sera sans fil, néanmoins, il fallait sans doute une phase intermédiaire et je pense que Microsoft l’a bien compris.

UMPC par Samsung, projet Origami

Cette Surface est un paradoxe, orientée vers l’avenir, elle est également tournée vers le passé. Microsoft avait présenté le projet Origami en 2006, un UMPC (Ultra Mobile PC) équipé d’un écran tactile à moins de 500 dollars. Vous ne le saviez pas ? Microsoft aurait pu occuper le marché de la tablette, quatre ans avant Apple. Néanmoins, les constructeurs n’avaient pas suivi l’aventure faute d’investissement suffisant de la part de Microsoft. Microsoft avait fait l’erreur de miser sur une tablette composés de pièces « off-the-shelf » – c’est-à-dire facilement accessibles – par souci de simplicité mais avec un manque de vision. Les constructeurs avaient vu dans les UMPC, une nouvelle catégorie d’appareils hors de prix. Cette tablette Surface pourrait donc être la nouvelle variable, pour rectifier le tir raté six ans auparavant. Notez que Microsoft n’a fait appel à aucun constructeur partenaire pour concevoir cette tablette, alors qu’ils avaient conçu des prototypes d’UMPC avec Samsung en 2006. C’est ce qui les différencie de Google et leur produit Nexus, et les rapproche de la stratégie d’Apple.

Côté développement, je suis conscient que les outils de développement Android ainsi que ceux d’iOS sont sûrement en avance, mais il ne faudrait pas oublier que si vous savez programmer en HTML et javascript, avec des notions en XAML et C#, vous n’aurez aucun soucis à développer des applications Windows Phone et Windows 8. En plus, il y a fort à parier que les Microsoft mette à la disposition des développeurs des outils pour convertir leurs applications déjà existantes.

 

« Côté tablette, Microsoft pourrait faire surface. »

Il semble y avoir une renaissance bien plus rapide que prévue pour Microsoft dans la mesure où ils ont réussi à créer pas mal d’engouement autour de leur tablette. Contrairement à ce qu’on a pu penser ces derniers mois, Microsoft n’est pas un challenger, c’est un leader. Microsoft a trop longtemps laissé les constructeurs mener la barque, ils auraient dû depuis longtemps commercialiser leur propre produit avec des services « Microsoft ». Microsoft a dû faire le constat suivant… La très grande partie des constructeurs flirtent désormais avec Android et Linux, quelques-uns sont décriés pour la qualité de construction de leurs appareils, et HP (l’ex plus gros constructeur de PC) a montré son indépendance vis à vis du marché du PC. Autant de signes qui prouvent qu’il était temps de rectifier les choses.

Microsoft est un des géants du logiciel, et j’imagine qu’il doit être difficile pour les managers de la firme, de voir iOS s’imposer dans un marché de nouvelles technologies où Redmond est trop petit pour être observé par les analystes. De plus, Google n’a jamais vraiment poussé Android sur tablette : il y avait sûrement une place à saisir avant la Google I/O. Côté smartphone, Microsoft est proche de pouvoir proposer un produit avec l’aide de Nokia, contrôlé de bout à bout. Côté tablette, Microsoft pourrait enfin faire surface.

Mais, quel prix seriez prêt à mettre pour cette tablette version Windows 8 RT ? Windows 8 Pro ? De nombreux analystes auraient tendance à laisser une chance à Microsoft si leur tablette reste compétitive face à l’iPad, mais il ne faudrait pas oublier que les tablettes Android jouent déjà ce jeu et que le marché aura peut-être encore évolué à la fin de l’année…

Quant à Google, ils vont devoir faire mouche lors du Google I/O. La Nexus Tablet n’est aujourd’hui qu’une rumeur, mais on espère vraiment que Google apporte de vraies solutions face à l’iPad et au Kindle d’Amazon.