La presse, à court d’articles, ne cesse plus de nous sortir les mêmes articles à propos de la prétendue actualité future de 2011. Ces articles ne font en réalité que résumer ce qu’il s’est passé d’impactant en 2010.

Essayons, dans notre cas, d’imaginer réellement 2011 en fonction, non pas du passé mais de nos besoins.

Les applications …
… vont débarquer sur la TV et devenir un véritable argument de vente. Google a qualifié le web sur la TV de révolution mais en réalité cela existe depuis bien des années. La vraie résolution, ce sont les applications (à venir sur la Google TV) et, en France, Free s’est engouffré dedans.

D’autres vont suivre. Je ne dis pas ça en regardant 2010 mais en regardant mes besoins en 2011. Je VEUX ce widget sur la TV m’indiquant, alors que je prend mon (petit) déjeuner, l’heure de mon bus/train. Je VEUX lire les nouvelles sur mon bandeau déroulant pendant que les enfants/collocs regardent les dessins animés.

Le matériel
Lui, il va arrêter d’évoluer aussi vite dans le secteur de la téléphonie. En tout cas, moi j’en ai besoin. Je refuse de devoir suivre une soixantaine de flux RSS en anglais, français et allemand (Baptiste s’occupant du japonais et Ulrich de l’italien) pour pouvoir vous parler des dernières innovations techniques. Enfin … ça n’a pas l’air de fatiguer Griphine. 😉

Bref, arrivées à un certain stade, les innovations se feront peut-être enfin plus par sauts générationnels que par foultitude de petites évolutions.

Oh, et puis mettez-moi plus de capteurs. Ça n’a pas de sens de faire une requête réseau à l’autre bout du monde pour savoir la température qu’il fait autour de moi présentement.

Android, l’OS
Quelques retouches d’interface (esthétique) et d’ergonomie (confort), quelques fonctionnalités mais rien de bien révolutionnaire. Android est maintenant à pleine matûrité ; un qualificatif qu’il n’aura pas mis longtemps à obtenir.

Les réseaux
On aurait besoin que les opérateurs comprennent enfin que la bande passante dédiée à la voix est largement excédentaire pendant que celle dédiée à la data se fait rare (ou est déjà rare, dépendemment des pays). Changer de technologie changera-t-il réellement les choses ? Moui, un peu.

Les constructeurs
J’aime bien quand vous comprenez votre intérêt stratégique à utiliser Android. Quand vous comprenez comment en tirer parti et vous différencier des autres en créant votre propre interface.

Mais POURQUOI supprimer l’interface par défaut ? Pourquoi vous focaliser sur la frange du marché à qui plait votre interface quand vous pourriez séduire aussi ceux à qui elle ne plait pas ?
En 2011, vous le ferez, hein ? Alléééééééé, siouplait !

Les agences de relation presse
En 2011, vous cesserez enfin de sélectionner vos invités en fonction de leur statut (journaliste, blogueur, startups, etc.) et vous vous concentrez sur cette question : auprès de qui voulez-vous communiquer ?
S’il s’agit des gens qui s’intéressent à Android, alors ne faites pas de chichi. Ni nous, ni nos confrères francophones n’ont de carte de presse. ET ALORS ?


S’il s’agit de M. et Mme. tout le monde, invitez la presse et les médias généralistes mais PRÉVOYEZ PLUS D’UN PRODUIT en libre démonstration à moins de vouloir faire passer un message de mépris et d’indifférence. Et si ça vous emmerde de communiquer, n’en faites pas votre métier.

Et moi
En 2011, j’écrirais plus, plus souvent, plus libre, plus insolent, plus large, plus belge, plus canadien, …
Et je n’oublierai pas ce que FrAndroid est devenu grâce à ses fondateurs, grâce à ses partenaires (SFEIR, Diotasoft, Mobiskill Partner, Deveryware, …), grâce à ses potes d’un jour ou de toujours, grâce à une ambiance joviale dans la communauté des sites Android (Loïc, quand est-ce que tu passes à Montréal comparer tes bières alsaciennes aux notres ?), mais surtout grâce à une superbe équipe de bénévoles et grâce à de merveilleux lecteurs !

Bonne année 2011 ! Profitez-en bien car après 2012, c’est la fin du monde 😉