Cette année plus que jamais, Facebook a semblé plus actif que la concurrence, déployant nouveaux projets et nouvelles fonctionnalités plus vite que son ombre. On a le sentiment que la plateforme et ses applications couvrent presque tous les usages des internautes, ou du moins visent à les couvrir dans les années à venir. Et si Facebook essayait tout simplement de devenir Internet ?

smartphone-586903_960_720

Désintérêt mais expansion

Depuis quelques années, la grande hype autour de Facebook semble s’affaisser dans les pays où il a été démocratisé très tôt et pour les utilisateurs de la première heure. Un désintérêt qui ne se traduit toutefois pas forcément par une désertion de la plateforme, qui offre encore des fonctionnalités essentielles à une bonne partie de la population. C’est le cas pour l’organisation d’évènement, pour l’accès à un agenda des anniversaires de nos proches, ou encore pour garder contact avec des gens que l’on est amené à moins voir. Même la génération de nos parents s’installe peu à peu sur Facebook au lieu de passer par Copains d’Avant, et on tolère même plus facilement leurs commentaires, ou petits mots sur nos murs alors qu’ils étaient destinés à rester privés.

D’ailleurs, si la croissance de Facebook en matière d’utilisateurs n’est plus aussi importante qu’avant parce que le réseau social a déjà conquis de très nombreux marchés, il lui reste du chemin à faire dans les pays émergents où l’accès à Internet est encore restreint. Derrière les rêves d’humanisme et les promesses d’offrir un accès gratuit à Internet partout dans le monde, il y a aussi de la mégalo et la volonté de croissance du réseau social.

10022057243_51fd682ca0_b

 

Objectif Chine

Quel pays est le plus peuplé au monde et représente un gigantesque foyer d’internautes et potentiels utilisateurs de Facebook ? La Chine bien sûr. Le gouvernement communiste, qui donne consignes aux 700 millions d’internautes et 600 millions de mobinautes, interdit toujours l’utilisation de Facebook dans le pays. Très récemment, le patron de l’Internet en Chine, Lu Wei, a déclaré que « le pays n’a pas prévu de débloquer des sites étrangers, que ce soit Facebook, Twitter et Instagram, ou certains sites d’actualité ».

D’après de nombreux médias internationaux, Mark Zuckerberg fait depuis longtemps du pied aux autorités chinoises, qu’il a invitées à venir visiter les locaux de Facebook. Il se dit même que l’homme d’affaires a appris à parler mandarin, tandis que sa compagne, Priscilla Chan, compte également des origines chinoises. En fin d’année dernière, Zuckerberg avait également rencontré le patron de Xiaomi, Lei Jun. Il se disait alors que les deux firmes discutaient d’une possibilité de s’aider mutuellement, l’une pour rentrer en Chine, l’autre pour en sortir.

14980620016_b6b7b17b56_b

 

Acquisitions stratégiques et développement

Comme Facebook prépare le terrain depuis de nombreuses années dans le but de devenir Skynet, ou au moins Internet, la firme a fait de nombreuses acquisitions. Les gens aiment bien discuter gratuitement où qu’ils soient dans le monde ? Facebook a acheté WhatsApp. Les gens adorent partager des photos de tout et n’importe quoi ? Facebook a acheté Instagram. En fait, durant ces cinq dernières années, Facebook a acheté des dizaines d’entreprises, pour des montants allant de quelques millions de dollars à quelques milliards de dollars. Si vous souhaitez la consulter, vous pouvez la retrouver à cette adresse.

 

Sur tous les fronts

S’il est une plateforme de communication qui connaît une croissance énorme ces derniers mois, c’est bien Facebook Messenger. L’application est utilisée tous les mois par plus de 700 millions d’utilisateurs, ce qui la place directement dans le top 3 des messageries instantanées. Facebook avait promis qu’il l’améliorerait lors de sa conférence annuelle, et l’a mis a exécution. Messenger profite maintenant de nombreuses applications dédiées, qui permettent d’échanger encore plus d’informations et de contenus entre utilisateurs.

Dans le domaine de la vidéo, le réseau social a également fait très fort cette année. Lui qui héberge maintenant les vidéos directement, et les lance automatiquement, est devenu le premier diffuseur de vidéos dans le monde et rafle la première place à un YouTube qu’on pensait inattaquable. Assez impressionnant, d’autant qu’il n’a pas encore d’outil de recherche.

facebook video 360

Depuis longtemps, Facebook propose aussi de créer des albums sur sa plateforme. Désormais, ces albums peuvent être collaboratifs et les photographies peuvent être téléchargées en HD. Une fonction qui fait plus que jamais de Facebook un endroit privilégié pour partager nos photos, à titre plus privé que sur Instagram, une plateforme qui s’est considérablement professionnalisée. Le réseau a même annoncé récemment une intégration plus poussée de Spotify et Apple Music.

Et pour compléter ce panel d’usages, Facebook se veut aussi média. Pour éviter aux utilisateurs de devoir sortir de Facebook pour consulter les nouvelles du jour, Facebook a pris de l’avance sur Google ou Twitter (qui comptent lancer quelque chose de similaire) en lançant un outil d’intégration hyper intéressant, dont découlent les Instants Articles. En France, Le Parisien a été le premier a partagé des articles intégrés à Facebook. Le réseau social a également signé avec Paris Match, 20 Minutes et Les Échos dans l’hexagone, mais aussi L’Express, L’Équipe ou Le Parisien. Facebook est là pour vos photos, pour vos vidéos, se permet d’afficher les informations plus vite et permet même de lancer des jeux vidéo avec des amis. Y a-t-il besoin de plus pour se sentir ailleurs que sur Internet ?

 

Un moteur de recherche et de recommandations

Mais actuellement, qui est associé à Internet dans l’esprit du grand public ? Google, évidemment, ou du moins pour ceux qui sont arrivés après l’avènement de la firme de Mountain View. Tout le monde « va sur Google » pour « chercher quelque chose ». Cela parait être un raisonnement un peu bête dit comme ça, mais l’association de Google et de recherche en dit long. À l’origine, on allait aussi sur Internet pour chercher quelque chose.

Et on commence à constater un peu la même chose avec Facebook. Le réseau agrège tellement de contenu qu’il n’est pas rare d’entendre des questions comme « tu as trouvé ça comment ? » avoir pour réponse « je suis tombé dessus sur Facebook ». Le réseau social a récemment mis en place une page dédiée aux recommandations, qui devraient prendre leur envol dans le courant de l’année 2016. Voilà encore un exemple d’une tâche – chercher un coiffeur par exemple – que Facebook veut que vous fassiez depuis son site et nulle part ailleurs.

Capture d’écran 2015-12-16 à 11.23.47

 

Des projets très ambitieux

Cette année plus que jamais, Facebook semble avoir initié un grand mouvement d’intégration de contenu sur son réseau, afin de convaincre les gens de n’avoir jamais à en sortir. Et ça marche, puisque les chiffres parlent pour Facebook. Les résultats du deuxième trimestre de Facebook donnaient un temps moyen de 25,7 heures passées par mois par les Américains de 18 à 34 ans sur le réseau social. À titre de comparaison, ces personnes passent 7 heures sur Instagram. Facebook est devenu maître dans l’art de diversifier ses activités.

Mais le futur passe aussi par des innovations, et dans ce domaine, Mark Zuckerberg n’est pas à court d’idées, et s’implique vraiment dans les projets qu’il soutient. L’entreprise a donné le ton lorsqu’elle a racheté Oculus VR en 2014 pour deux milliards de dollars, prouvant à tous qu’elle croit dur comme fer à la réalité virtuelle comme la grande interaction de demain. Et on peut imaginer un monde qui ressemblerait à Playstation Home ou Second Life, mais en bien plus immersif (et peut-être moins ringard). C’est d’ailleurs marrant, puisque Second Life travaille au développement d’une version adaptée à… l’Oculus Rift. Difficile d’imaginer le futur que nous concocte Facebook avec la réalité virtuelle, mais espérons que cela ne se rapproche qu’à moitié de ce qu’on peut voir dans le film Ultimate Game.

Facebook aimerait créer un assistant capable d’effectuer une tâche sans avoir eu à l’apprendre auparavant

Facebook construit son avenir sur un autre domaine : celui de l’intelligence artificielle. Facebook veut créer un assistant personnel qui remplacerait les actuels Siri, Google Now, ou Cortana. Facebook aimerait créer un assistant capable d’effectuer une tâche sans avoir eu à l’apprendre auparavant, comme c’est le cas avec ces assistants fonctionnant sur la base de scripts. La firme, qui a d’ailleurs ouvert des locaux à Paris pour ces recherches, a bien conscience qu’il faudra beaucoup de temps pour arriver à une sorte de robot façon Ex Machina ou à un OS semblable à celui du film Her. Elle investit beaucoup d’argent dans ce domaine.

Certains de ses travaux dans le domaine de l’IA ont déjà été présentés, et elle est déjà capable de détecter des objets ou de comprendre des questions conceptualisées et d’y répondre. D’ailleurs, il faut noter que le budget alloué à la Recherche et Développement a plus que doublé entre 2014 et 2015.

Capture d’écran 2015-12-18 à 15.58.20

Mais le projet le plus ambitieux de Facebook, c’est peut-être de connecter le monde entier. Et comment ne pas penser que Facebook veut devenir Internet quand on voit que c’est Zuckerberg qui est à l’origine du projet Internet.org ? Ce projet a pour but principal de fournir un accès gratuit à des services basiques dans des marchés où l’accès à Internet coûte trop cher. Et par services basiques, comprenez un accès à Facebook. Chez Google, on essaie de fournir Internet grâce à des ballons atmosphériques, et chez Facebook, ce sont des essais avec des drones solaires qui sont effectués. Il y a peu, Facebook a également lancé Facebook Lite dans certains pays émergents où la population a très peu accès à Internet.

Et dans quelques années, ce seront 4 milliards de personnes qui seront connectées à Internet, ou plutôt à Facebook.