Samsung Galaxy Note 8, iPhone X… les smartphones commercialisés à partir de 1000 euros sont désormais une réalité. Ce « très haut de gamme » est-il amené à durer ou sommes-nous simplement dans une phase de transition avant une nouvelle démocratisation ?

Des smartphones de plus en plus chers

Il ne vous aura pas échappé qu’en cette rentrée 2017, le prix des smartphones « flagships », a encore franchi un nouveau palier : la barre psychologique des 1000 euros. Plus précisément deux d’entre eux : le Samsung Galaxy Note 8, dont le prix conseillé est de 1 009 euros, et l’iPhone X qui sortira le 3 novembre à partir de 1 159 euros. On ne sait pas encore exactement combien coûtera le LG V30, mais LG France se contentant d’affirmer qu’il sera moins cher que le Galaxy Note 8, on imagine assez bien qu’il ne le sera pas de beaucoup.

Cette situation ne s’est pas créée du jour au lendemain. En fait, c’est surtout une flambée des prix des flagships que l’on a constaté ces dernières années, franchissant, année après année, les limites : celle des 700 euros, puis 800, puis 900 avec l’iPhone 7 Plus et le Galaxy S8, pour en arriver au marché actuel où, comme les médias généralistes n’ont pas manqué de le noter, on s’approche du SMIC net.

Un smartphone à 1000 euros : pour quoi faire ?

Qu’est ce qu’on trouve de si particulier dans un smartphone à plus de 1000 euros ? C’est là le paradoxe : finalement, pas grand-chose de plus, hormis des composants plus difficiles à produire en masse. Si on compare un iPhone 8 à un iPhone X, les deux smartphones intègrent le même processeur, sans doute la même quantité de RAM, le même stockage interne. Ils gèrent tous deux la recharge sans fil, sont capables de capturer des vidéos en 4K à 60 images par seconde, ils sont tous deux dépourvus de jack 3,5 mm (oui, bon c’était pour la blague) et il n’y a aucune application ou aucun jeu qui fonctionnerait sur l’un et pas sur l’autre.

Tout ce que l’on peut faire avec un iPhone X ou presque, on peut le faire avec un iPhone 8 ou 8 Plus. Le 8 Plus a même des avantages uniques, comme sa plus grande taille d’écran qui permet d’utiliser un affichage à plusieurs panneaux en mode paysage sur de nombreuses apps. Evidemment, la différence se situe sur l’écran sans bords, la technologie OLED offrant de meilleurs contrastes et des noirs infinis, la présence d’une stabilisation optique sur le deuxième appareil photo (dont l’iPhone 8 reste privé) et la fameuse technologie FaceID et sa caméra 3D capable de reconnaître votre visage parmi un million d’autres, dans des conditions qui restent à démontrer.

Du côté de Samsung, c’est encore plus flou : il faut dire que l’écart est moins important, le Galaxy Note 8 ne dépassant qu’à peine les 1 000 euros. On serait franchement tenté de répondre que la différence réside dans le stylet, le double capteur photo et la taille d’écran si on prend en référence le S8 normal.

Nouveau créneau ou phase de transition ?

Et bien entendu, dans tous les cas l’iPhone 8 et le Galaxy S8 sont déjà beaucoup plus chers que certains concurrents pourtant très bien lotis. Le OnePlus 5 a tout d’un haut de gamme et, s’il est beaucoup plus cher que ce à quoi nous avait habitué OnePlus par le passé, il reste sous la barre des 500 euros. Xiaomi continue à tirer les prix vers le bas avec un Mi MIX 2 à l’écran sans bords et à la fiche technique au top, également dans cette catégorie de prix.

Les smartphones à plus de 1000 euros créent un précédent. Mais ce précédent est-il amené à rester ? Pas facile de répondre. On peut dire que les écrans sans bords ont procuré aux constructeurs une nouvelle bonne occasion de se lâcher. Quand ils seront devenus aussi courants qu’un lecteur d’empreinte digitale ou un double capteur photo, reviendra-t-on à des tarifs plus raisonnables ? C’est possible, mais on peut compter sur les constructeurs pour faire perdurer un segment aux marges plus confortables, qui leur permet justement de lancer des innovations qui descendent ensuite sur une partie plus importante de leur gamme.