Le rachat partiel de HTC ouvre la voie à la production en interne de nouveaux smartphones Made by Google. Et si cette initiative débouchait enfin sur une Pixel Watch ? Cela ne semble pas en tête des priorités de la firme de Sundar Pichai.

L’actualité s’entrechoque parfois, et ça nous donne des idées. Hier, alors qu’on apprenait que Google s’offrait 2 000 ingénieurs de HTC pour muscler sa division matérielle et son initiative « Made by Google », les tests de l’Apple Watch Series 3 fleurissaient sur les sites américains, pas franchement positifs. Et moi, dans la journée, je passais devant la vitrine d’une boutique Fossil, dans laquelle une devanture exposait ses montres connectées sous Android Wear.

Android Wear… Souvenez vous !

« Tiens, c’est vrai ça : Android Wear, ça existe encore ! », me dis-je alors à peu près. Pour un peu, on aurait presque tendance à l’oublier. Pourtant, alors que l’on parlait hier de l’expérience Motorola / Google, les souvenirs de la présentation de la Moto 360, première montre Android Wear à écran (presque) circulaire resurgissent. Pas uniquement pour ça d’ailleurs : des petits malins sont allés rechercher les déclarations incendiaires des fans d’Apple sur la disgracieuse barre noire au bas de l’écran de la Moto 360, pour les confronter avec leurs propos beaucoup plus tolérants sur l’encoche de l’iPhone X. Les gens sont méchants, mais parfois on les en remercie.

Bref, le « pneu » dégonflé de la Moto 360, paix à son âme, n’est pas le sujet. Mais la Moto 360, et son utilisation par Google dans sa communication sur Android Wear, l’est ! En l’absence d’une « vraie » Google Watch, la Moto 360 faisait figure de modèle de ce qu’une montre Android Wear devait être. Bien sûr, il y avait les les modèles peu impressionnants de LG et Samsung, mais tout le monde avait les yeux rivés sur cet objet qui avait l’air, sur les photos en tous cas, incroyablement sexy. Rappelons que nous sommes quelques semaines, aussi, avant la présentation de l’Apple Watch première du nom.

Apple Watch Series 3 : sans concurrence ?

Trois ans plus tard, Apple sort donc une Watch Series 3 dotée d’une connectivité 4G visiblement hasardeuse, et un WatchOS 4 qui puise quelques idées du côté de Mountain View, tandis que Google n’a absolument rien annoncé concernant Android Wear depuis la sortie de la version 2.0 en avril dernier, après un report de plusieurs mois.

Il est vrai que le marché des montres connectées est toujours aussi flou. Les fabricants sont toujours aussi avares en chiffres : Apple s’est contenté d’annoncer que l’Apple Watch est « la montre n°1 en revenus », ce qui ne signifie pas grand-chose, et de rappeler que ses utilisateurs en sont satisfaits à 97%.

Mais quand on voit la firme de Cupertino investir toujours assez lourdement dans son bracelet connecté, on se dit qu’on aimerait bien voir Google faire à nouveau preuve d’un peu d’ambition en la matière. On pensait que ça allait être le cas à l’occasion de la sortie des Pixel et Pixel XL ; on a du se contenter d’une communication autour de deux montres signées LG. Et on ne peut pas dire que Google peut compter sur ses partenaires habituels qui, lorsqu’ils soutiennent Android Wear et pas leur propre OS, ne manifestent pas franchement un enthousiasme débordant. D’ailleurs Motorola a fini par sortir une nouvelle « Moto 360 »… Sauf que ce n’est pas une montre, mais un Moto Mod faisant office de caméra à 360 degrés.

Les marques de mode ont pris le relai

Etrangement, ce sont quelques fabricants de montres « traditionnelles » et surtout des marques de mode qui ont pris le relai : Tag Heuer, Fossil, Michael Kors, Diesel ou Louis Vuitton ont tous choisi Android Wear pour ajouter une touche de technologie à leurs gammes de produits.

Pourtant le potentiel est là. Android Wear 2.0 n’est pas une réussite dans tous les domaines, mais Google avait déjà de l’avance par rapport à son autonomie vis-à-vis du smartphone, Google Assistant pourrait être davantage mis à profit, et avec une division matérielle renforcée par l’arrivée des transfuges de HTC, on a du mal à imaginer qu’une « Pixel watch » séduisante, autonome et personnalisable ne puisse pas au moins séduire le public visé par Apple ou Fitbit, qui a récemment lancé son propre OS avec sa Fitbit Ionic.

Forte des talents d’ingénieurs qui ont montré à maintes reprises leur maîtrise du matériel au sein de HTC, Google a désormais de quoi créer ses propres produits dans de nombreuses catégories occupées par ses concurrents. Sur le terrain des montres, l’envie, toutefois, ne semble pas être présente.